Décès dans une prison américaine de l'islamiste égyptien «cheikh aveugle»

Omar Abdel-Rahman... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Omar Abdel-Rahman

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

L'islamiste égyptien, le «cheikh aveugle» Omar Abdel-Rahman, condamné à la prison à vie aux États-Unis pour terrorisme est décédé samedi de «causes naturelles» à l'âge de 78 ans dans une prison de Caroline du Nord, a annoncé le ministère américain de la Justice.

Ce dirigeant djihadiste non-voyant, qui souffrait de diabète, avait été condamné en 1995 pour des complots visant à attaquer des cibles à New York et à assassiner l'ancien président égyptien Hosni Moubarak. Il a aussi été cité comme inspirateur des premiers attentats contre le World Trade Center à New York en 1993.

D'après un communiqué du ministère de la Justice, Omar Abdel-Rahman est décédé samedi vers 5  h 40 locales «de causes naturelles après une longue bataille contre le diabète et une maladie coronarienne».

En Égypte, son fils Mohamed Omar a confirmé à l'AFP la mort de son père.

«Nous avons contacté les autorités égyptiennes et américaines pour rapatrier» son corps, a-t-il déclaré.

Omar Abdel-Rahman avait dirigé le groupe islamiste radical Gamaa Islamiya en Égypte avant d'émigrer aux États-Unis où il avait été emprisonné en 1993 et condamné en 1995 à la prison à vie pour complot en vue de perpétrer des attentats.

Surnommé le «cheikh aveugle», Omar Abdel-Rahman était né en 1938 et avait aussi été cité comme inspirateur de l'attentat contre le World Trade Center à New York en 1993, qui avait fait six morts et un millier de blessés.

Fin 2006, les autorités américaines s'étaient alarmées de sa santé chancelante, souffrant déjà de diabète et de problèmes cardiaques, et le FBI avait dit craindre à l'époque des représailles «terroristes» en cas de décès.

En 2012, le président égyptien islamiste de l'époque Mohamed Morsi avait souhaité qu'Omar Abdel-Rahman puisse purger sa peine dans son pays pour des «raisons humanitaires» et dans le cadre d'un éventuel «échange de prisonniers» avec les États-Unis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer