Enfant disparu à New York: 37 ans après, un coupable enfin trouvé

Pedro Hernandez, en 2012.... (Photo Louis Lanzano, archives REUTERS)

Agrandir

Pedro Hernandez, en 2012.

Photo Louis Lanzano, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Après 37 ans d'enquête et deux procès, un jury américain a désigné mardi un coupable dans l'une des plus célèbres affaires de disparition d'enfant que l'Amérique ait connue.

Une photo de Etan Patz.... (Photo Mark Lennihan, archives AP) - image 1.0

Agrandir

Une photo de Etan Patz.

Photo Mark Lennihan, archives AP

Après neuf jours de délibérations, les jurés ont finalement désigné Pedro Hernandez, 56 ans aujourd'hui, 18 ans à l'époque des faits, coupable de l'enlèvement et du meurtre du petit Etan Patz, a indiqué un greffier du tribunal de l'État de New York. Il connaîtra sa peine le 28 février.

C'était le 25 mai 1979: Etan Patz, 6 ans, allait pour la première fois seul prendre l'autobus scolaire à deux pâtés de maisons de chez lui, dans le quartier de Soho à Manhattan, quand il a disparu, traumatisant la ville et une génération entière de parents américains.

Rien n'a jamais été retrouvé du petit garçon, rendant le dossier particulièrement difficile à prouver pour l'accusation. Etan a été officiellement déclaré mort en 2001.

Un premier procès de quatre mois s'était terminé par une annulation en mai 2015. Après trois semaines de délibérations, l'unanimité requise s'était avérée impossible, l'un des 12 jurés refusant de suivre ses pairs et de déclarer coupable Pedro Hernandez.

Lors des audiences du deuxième procès qui se sont achevées fin janvier, l'accusation a à nouveau mis en avant les aveux de M. Hernandez à la police en 2012.

M. Hernandez travaillait dans une épicerie près de l'arrêt de bus.

Dans ses aveux à la police, il avait déclaré avoir attiré l'enfant dans le sous-sol de l'épicerie, l'avoir étranglé, puis mis le corps dans un sac plastique, le sac dans un carton, avant de jeter le tout dans une poubelle à proximité.

La défense, représentée par l'avocat Harvey Fishbein, a répété lors du deuxième procès que les aveux lui avaient été soutirés de force par la police, et que les confessions qu'il avait faites par ailleurs à des amis étaient trop vieilles et trop vagues pour être valables.

Les avocats de M. Hernandez ont aussi invoqué ses troubles de la personnalité, qui lui feraient confondre fiction et réalité.

Après sa disparition, le visage du bambin blond aux yeux bleus avait été placardé pendant des mois sur d'innombrables affiches, sur des écrans à Times Square et jusque sur les boîtes de lait, une première aux États-Unis.

Sa disparition a donné naissance aux États-Unis au Centre des enfants disparus, un réseau désormais international.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer