Une élue musulmane menacée dans un taxi à Washington

Ilhan Omar... (PHOTO AFP)

Agrandir

Ilhan Omar

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

La première parlementaire américaine musulmane d'origine somalienne a affirmé avoir été la cible d'une diatribe «haineuse» et «islamophobe» émanant d'un chauffeur de taxi dans la capitale fédérale Washington.

Ilhan Omar -  une ancienne réfugiée qui porte un hijab - a remporté le 8 novembre un siège à la Chambre des représentants de l'État du Minnesota. Une première aux États-Unis.

Elle a raconté sa mésaventure sur sa page Facebook tard mercredi soir, évoquant des «provocations et des menaces» proférées alors qu'elle venait de participer à des discussions à la Maison-Blanche et rentrait à son hôtel.

«Je suis montée dans un taxi et j'ai été la cible des plus haineuses, désobligeantes, islamophobes, sexistes provocations et menaces que j'aie jamais entendues», a-t-elle dénoncé.

«Le chauffeur de taxi m'a accusée (d'appartenir à) ISIS et m'a menacée d'enlever mon hijab», a-t-elle poursuivi, utilisant l'acronyme anglais du groupe djihadiste État islamique.

Elle dit avoir rapidement quitté le véhicule et a indiqué dans son message avoir l'intention de signaler l'incident dès son retour à Minneapolis, préférant attendre pour le faire car le chauffeur sait où elle réside à Washington.

«Je suis encore secouée par cet incident et je n'en reviens pas que des gens deviennent aussi audacieux au point d'afficher leur haine envers les musulmans», a poursuivi l'élue de 33 ans, arrivée aux États-Unis à onze ans avec sa famille après quatre ans dans des camps de réfugiés au Kenya.

Sa victoire électorale a été d'autant plus remarquable qu'elle est survenue en marge d'une campagne présidentielle particulièrement virulente envers les musulmans et les réfugiés menée par Donald Trump, qui a remporté la Maison-Blanche le même jour qu'elle célébrait sa propre réussite.

Dans la dernière semaine de sa campagne, M. Trump avait directement visé la communauté somalienne du Minnesota, l'estimant responsable des vicissitudes de cet État à la frontière canadienne.

Près d'un tiers des réfugiés somaliens installés sur le sol américain vivent dans le Minnesota. Selon les derniers chiffres disponibles, ils étaient 25 000 en 2010.

Le FBI a annoncé le mois dernier que les actes islamophobes avaient augmenté de 67% en 2015, atteignant leur niveau le plus élevé depuis la période ayant suivi les attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis (257 crimes et délits islamophobes, contre 154 en 2014).




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer