Des démocrates veulent abolir le collège électoral

La sénatrice sortante de la Californie, Barbara Boxer... (AP)

Agrandir

La sénatrice sortante de la Californie, Barbara Boxer

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Une sénatrice démocrate américaine a déposé mardi une proposition de loi pour supprimer le collège électoral de la Constitution, au prétexte que Donald Trump avait été élu président en ayant obtenu moins de voix qu'Hillary Clinton.

«C'est le seul mandat du pays où on peut obtenir plus de voix et perdre malgré tout la présidence», a déclaré Barbara Boxer, sénatrice de Californie. «Le collège électoral est un système obsolète et antidémocratique qui ne reflète pas notre société moderne, il doit changer immédiatement. Tous les Américains doivent avoir la garantie que leur voix compte».

Le 8 novembre, les Américains ont en fait élu, État par État, 538 grands électeurs. Dans 48 des 50 États américains, il suffit à un candidat d'obtenir une voix de plus que son adversaire pour rafler la totalité des grands électeurs en jeu dans cet État, ce qui rompt la proportionnalité des résultats.

Par ce jeu de puzzles, au total, Donald Trump a remporté au moins 290 grands électeurs contre 232 pour Hillary Clinton.

Mais la démocrate a obtenu en tout près d'un million de suffrages de plus que le républicain, car par exemple en Californie, sa forte avance dans les urnes (61% des voix) ne lui a rapporté aucun grand électeur de plus que si elle avait obtenu seulement 51% des voix.

En 2000, le démocrate Al Gore avait également remporté les suffrages populaires, mais perdu l'élection contre George W. Bush.

La victoire de Donald Trump a donc relancé les critiques anciennes contre ce système, en faveur de l'instauration d'un suffrage universel direct.

Plus de 4,3 millions de personnes ont même signé une pétition sur change.org pour demander aux 538 grands électeurs d'élire Hillary Clinton le 19 décembre, le jour où leurs votes seront officiellement comptés. Mais les grands électeurs de 26 États sont légalement tenus de respecter le verdict des urnes, selon les Archives nationales, et il est extrêmement rare que les autres grands électeurs «désobéissent».

Des centaines d'amendements constitutionnels ont été proposés depuis des décennies, mais aucun n'a abouti. Amender la Constitution requiert l'accord de deux tiers du Congrès et la ratification de trois quarts des États.

Le 45e président lui-même avait vivement critiqué le système du collège électoral en 2012, le qualifiant de «catastrophe». Mardi, il a changé d'avis, déclarant sur Twitter: «le collège électoral est en fait génial, car il met en jeu tous les États, même les plus petits. Les campagnes sont très différentes!»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer