Caroline du Sud: le procès de l'auteur de la «pire tuerie raciste» s'ouvre

Dylann Roof, s'affirmant partisan de la suprématie blanche,... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Dylann Roof, s'affirmant partisan de la suprématie blanche, est accusé d'avoir abattu le 17 juin neuf paroissiens qui se trouvaient dans l'église historique Emanuel AME de Charleston, dans la pire tuerie raciste de l'histoire récente des États-Unis.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHARLESTON

Le procès de Dylann Roof, un jeune homme accusé de la pire tuerie raciste de l'histoire américaine récente, s'est ouvert lundi en Caroline du Sud.

Le jeune homme de 22 ans encourt la peine de mort, suspecté d'avoir tué de sang-froid neuf paroissiens d'une église afro-américaine de Caroline du Sud.

Un demi-siècle après l'abolition de la ségrégation raciale, Dylann Roof fait partie d'une petite minorité d'Américains qui continuent de professer la suprématie de la race blanche.

Son procès a débuté devant une cour fédérale de Charleston, ville à la riche histoire et où se trouve l'église méthodiste de l'Emanuel, où Dylann Roof est accusé d'avoir ouvert le feu sur les fidèles de la communauté noire qui participaient à une réunion d'étude de la Bible.

Les premiers jours d'audience devraient être consacrés à la sélection des 12 jurés, un processus crucial étant donnée la vive sensibilité de ce procès qui renvoie à des lynchages et autres crimes atroces commis à l'époque où les Afro-Américains n'avaient pas les mêmes droits que les Blancs.

Le juge Richard Gergel a toutefois suspendu lundi matin cette sélection, en expliquant dans un communiqué avoir été saisi d'une question préliminaire relative aux droits de la défense. Il n'a pas précisé quand reprendrait l'élaboration du jury.

La fusillade dont doit répondre Dylann Roof avait d'autant plus choqué l'opinion publique nationale et internationale qu'elle avait ensanglanté le 17 juin 2015 une église symbole de la lutte des Noirs contre l'esclavage.

« Je dois le faire. Vous violez nos femmes et vous vous emparez de notre pays », aurait-il prononcé en rechargeant son calibre 45.

Identifié sur des images de surveillance vidéo, ce solitaire glorifiant le nazisme et l'apartheid avait été arrêté le lendemain matin.

Pour Dylann Roof, la principale question qui se pose désormais est de savoir s'il sera condamné à la prison à vie ou à la peine capitale.

Son procès devant la justice fédérale devrait durer plusieurs semaines. L'État de Caroline du Sud le jugera aussi, lors d'un procès distinct en janvier 2017. Chaque fois sera requise la peine de mort.

Les avocats de Dylann Roof ont fait savoir que leur client était prêt à plaider coupable en échange d'une garantie de ne pas être exécuté. Un tel accord négocié reste possible.

Malgré l'horreur des crimes reprochés, de nombreuses voix se sont élevées aux États-Unis pour appeler à épargner la vie de Dylann Roof.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer