Obama: «Les jeunes rejettent l'approche de Trump sur l'immigration»

Barack Obama participe au sommet du G20 en Chine.... (PHOTO ETIENNE OLIVEAU, AFP)

Agrandir

Barack Obama participe au sommet du G20 en Chine.

PHOTO ETIENNE OLIVEAU, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Barack Obama estime que l'approche de Donald Trump sur l'immigration est clairement rejetée par la jeunesse américaine, martelant sa conviction que les propositions du candidat républicain ne sont pas partagées par une majorité d'Américains.

«Il existe (aux États-Unis) une longue tradition d'immigration, de diversité», explique le président américain dans un entretien diffusé samedi sur CNN, mais réalisé avant son départ pour le sommet du G20 en Chine.

«Cela ne va pas changer simplement parce que M. Trump reçoit un plus d'attention que d'habitude», poursuit M. Obama qui a plusieurs fois affirmé être convaincu que l'homme d'affaires septuagénaire ne lui succéderait pas à la Maison-Blanche en 2017.

«Si vous regardez les sondages, il a réussi à capter un certain groupe de gens (...) qui ont des inquiétudes légitimes sur l'économie et ont le sentiment d'être oubliés. Mais ce n'est pas la majorité de l'Amérique», poursuit-il.

«Et si vous parlez aux jeunes, à la prochaine génération d'Américains, ils rejettent complètement cette voie», dit-il encore.

«Nous devons être attentifs à ce qui passe (...) à chaque fois que l'intolérance refait surface, mais, au total, je suis optimiste», conclut-il.

Après une série de signaux contradictoires, reflets des tensions qui traversent son équipe de campagne, Donald Trump a repris mercredi à Phoenix, lors d'un discours très attendu, l'essentiel de la ligne dure contre les immigrés clandestins qui avait fait son succès lors des primaires républicaines.

Détaillant l'arsenal répressif qu'il entend mettre en place s'il l'emporte le 8 novembre face à Hillary Clinton, il a exclu toute régularisation pour les millions de personnes, en majorité mexicaines, qui vivent aux États-Unis sans papiers et attendent depuis des années voire des décennies de sortir de l'ombre.

Il a cependant renoncé à ce stade à expulser manu militari la totalité des sans-papiers, reconnaissant peut-être le défi logistique qu'une telle opération représenterait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer