La NSA a été piratée, selon des médias américains

L'Agence de sécurité américaine (National Security Agency, NSA), les grandes... (Archives AP)

Agrandir

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

L'Agence de sécurité américaine (National Security Agency, NSA), les grandes oreilles des États-Unis, dont l'ampleur de la collecte de renseignements électroniques a été révélée par l'ex-consultant Edward Snowden, semble avoir été elle-même victime de pirates.

Un groupe mystérieux de pirates, qui se présente comme les «Shadow Brokers», a mis en ligne des codes informatiques présentés comme des programmes destinés à franchir les pare-feu mis en place par des puissances rivales comme la Chine ou la Russie, ou de pays ennemis comme l'Iran, selon des experts interrogés par le New York Times et le Washington Post mercredi.

La NSA elle-même n'a pas commenté ces informations malgré plusieurs relances de l'AFP.

Les pirates ont publié deux fichiers en ligne, l'un librement accessible, le second chiffré.

Ils ont indiqué qu'ils mettront en ligne plus d'éléments en échange d'une collecte de fonds de 1 million de bitcoins, une monnaie électronique difficile à tracer. Un bitcoin valait mercredi environ 575 dollars.

Selon le New York Times, ces programmes n'ont pu être collectés qu'en pénétrant les serveurs de la NSA. Un ancien employé de la NSA, qui travaillait pour l'unité chargée du piratage connue sous le nom de Tailored Access Operations (ou opérations d'accès sur mesure) a estimé que les données publiées étaient authentiques.

«Ce sont les clés du royaume, sans l'ombre d'un doute», a-t-il affirmé au Washington Post, soulignant que cela mettait en péril «la sécurité de réseaux gouvernementaux et privés ici et dans le reste du monde».

Edward Snowden, l'homme qui a révélé au monde en 2013 l'ampleur de ce que la NSA espionne et s'est ensuite réfugié en Russie, a commenté ce piratage sur Twitter, estimant qu'il portait la marque d'une implication russe.

Il avance l'hypothèse d'un avertissement qui relèverait plus de la diplomatie que du renseignement. Moscou réagit selon lui après avoir été accusé d'être à l'origine d'un piratage des courriels de plusieurs instances dirigeantes du parti démocrate, qui s'est déjà révélé embarrassant pour Hillary Clinton, et dont le site Wikileaks - qui les a publiés - affirme que les plus intéressants sont encore à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer