Tuerie du centre de planification familiale: l'auteur déclaré inapte pour un procès

Robert Dear avait ouvert le feu le 27... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Robert Dear avait ouvert le feu le 27 novembre dans un centre de planification familiale de Colorado Springs où sont pratiqués des avortements. Trois personnes dont un policier avaient perdu la vie et neuf autres avaient été blessées.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Robert Dear, qui a tué trois personnes fin novembre dans un centre de planification familiale du Colorado, dans l'ouest des États-Unis, a été déclaré inapte pour un procès jeudi et va rester interné en centre psychiatrique, selon un porte-parole du procureur.

Lors d'une audition à laquelle Robert Dear n'était pas présent jeudi, le juge Gilbert Martinez a ainsi maintenu une décision préalable qu'il avait rendue en mai.

La prochaine audition dans le dossier «Peuple du Colorado contre Robert Lewis Dear» aura lieu le 17 novembre prochain à 9 h, a précisé Lee Richards, le porte-parole du procureur.

Entre temps, l'accusé va rester interné dans un institut psychiatrique jusqu'à ce qu'il soit considéré comme «compétent» pour un procès. Selon les médias locaux, il se trouve actuellement à l'Institut de santé mentale de Pueblo.

M. Dear avait ouvert le feu le 27 novembre dans un centre de planification familiale de Colorado Springs où sont pratiqués des avortements. Trois personnes dont un policier avaient perdu la vie et neuf autres avaient été blessées.

Selon des expertises psychiatriques, M. Dear souffre de délires. Il avait crié sa culpabilité lors d'une audience au tribunal en décembre, se présentant comme «un guerrier pour les bébés».

Il avait tenté de récuser son avocat commis d'office en l'accusant de vouloir le droguer.

Robert Dear, homme de forte stature, à l'épaisse barbe poivre et sel et au regard hagard, aurait affirmé aux enquêteurs qu'il avait attaqué la clinique parce que les centres de planification familiale «vendent des morceaux de bébés».

En mai, il avait traité le juge d'«animal dégoûtant», selon les médias locaux.

Il fait l'objet de 179 chefs d'accusation, dont ceux de meurtre et tentative de meurtre. Il encourt au minimum la prison à vie et au maximum la peine de mort.

Ses avocats n'ont pu être joints dans l'immédiat.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer