Donald Trump: «Je suis le candidat de l'ordre public»

«Nous devons maintenir l'ordre public au plus haut... (PHOTO Joshua Roberts, REUTERS)

Agrandir

«Nous devons maintenir l'ordre public au plus haut niveau, sinon notre pays disparaîtra», a déclaré Trump.

PHOTO Joshua Roberts, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a adopté lundi une posture nixonienne de garant de l'ordre public, après une semaine de tensions et de violences entre Noirs et policiers.

«Nous devons maintenir l'ordre public au plus haut niveau, sinon notre pays disparaîtra», a-t-il déclaré lors d'un discours à Virginia Beach (Virginie). «Je suis le candidat de l'ordre public. Hillary Clinton, en revanche, est faible, inefficace et soumise aux groupes d'intérêts».

Évoquant le scandale de la messagerie privée de l'ancienne chef de la diplomatie, pour lequel elle a été épinglée par le FBI mais pas inculpée, Donald Trump a estimé qu'Hillary Clinton était «soit une menteuse, soit hautement incompétente... personnellement, je pense que c'est probablement les deux».

Les tensions entre police et communauté noire aux États-Unis sont ravivées depuis une semaine, après la mort de deux Noirs tués par des policiers en Louisiane et dans le Minnesota, ainsi que le meurtre de cinq policiers à Dallas par un ex-soldat noir lors d'une manifestation. Ce week-end, des centaines de personnes ont été arrêtées dans plusieurs villes lors de rassemblements.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche témoigne très régulièrement de son soutien aux forces de l'ordre. A chacun de ses déplacements, il prend le temps de se faire photographier avec les policiers qui assurent la sécurité. Et lundi, il a une nouvelle fois rendu hommage au travail des fonctionnaires dans tout le pays.

«Il est temps de mettre fin immédiatement à l'hostilité exprimée contre notre police et tous les membres des forces de l'ordre», a-t-il déclaré, en faisant un parallèle avec le «harcèlement» subi par les soldats de retour de la guerre du Vietnam.

«En même temps, les morts tragiques en Louisiane et à Minneapolis (Minnesota) soulignent qu'il reste du travail pour que les Américains se sentent en sécurité», a ajouté le républicain.

Ce positionnement de l'ordre public fait écho à la campagne présidentielle de Richard Nixon en 1968, lors de laquelle le républicain avait solennellement promis aux Américains de ramener «l'ordre public aux États-Unis», alors que la guerre du Vietnam enflammait le pays.

«Mais je suis aussi le candidat de la compassion», a ajouté Donald Trump. «Chaque enfant en Amérique doit pouvoir marcher sans risque dans la rue, dans son propre quartier (...) Sans sécurité, nous n'avons rien».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer