Des dizaines de milliers de personnes rendent hommage aux victimes d'Orlando

La foule a observé une minute de silence... (PHOTO John Raoux, AP)

Agrandir

La foule a observé une minute de silence après la lecture des noms des 49 morts.

PHOTO John Raoux, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies dimanche à Orlando pour une veillée aux chandelles en hommage aux victimes de la tuerie commise il y a une semaine dans une boîte de nuit gaie de cette ville du sud-est des États-Unis.

Le maire d'Orlando, Buddy Dyer, a tenu à remercier les secours et a promis aux survivants et aux familles des victimes que la communauté locale les soutiendrait. Il a également dénoncé «l'acte haineux d'un tueur fou», selon la chaîne de télévision locale News 13.

Selon l'agence de tourisme d'Orlando, 50 000 personnes ont assisté à la veillée sur les rives du lac Eola pour rendre hommage aux victimes de l'attaque du Pulse, la boîte de nuit gaie où a eu lieu le 12 juin la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des États-Unis.

Beaucoup arboraient des drapeaux aux couleurs arc-en-ciel --symbole de la communauté LGBT (lesbienne, gai, bisexuelle et transgenre)-- et américaines, ou tenaient une fleur blanche à la main.

En présence du gouverneur de la Floride, Rick Scott, la foule a observé une minute de silence après la lecture des noms des 49 morts.

«Il faut souvent un catalyseur de ce genre pour générer un mouvement plus progressiste», a déclaré un des participants à la veillée, Rod Lynn, au journal Orlando Sentinel. «Personne ne mérite ce qui est arrivé. Ce genre de chose doit cesser», a-t-il ajouté.

Omar Mateen, l'auteur de la fusillade, citoyen américain d'origine afghane, avait attaqué le Pulse vers 2 h avec un fusil d'assaut et une arme de poing, faisant également 53 blessés.

Mateen a prêté «allégeance» au groupe EI dans un appel passé aux services d'urgence 911 durant son attaque. Il a été tué lors d'un échange de tirs avec la police.

Lundi, les autorités américaines doivent rendre publics des extraits écrits des dernières conversations téléphoniques entre la police et Omar Mateen.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer