Orlando: les dernières déclarations du tueur seront dévoilées

Omar Mateen... (PHOTO ARCHIVES AFP/TIRÉE DE MYSPACE)

Agrandir

Omar Mateen

PHOTO ARCHIVES AFP/TIRÉE DE MYSPACE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les autorités américaines vont rendre publics lundi des extraits écrits des dernières conversations téléphoniques entre la police et l'homme qui a ouvert le feu dans un club gai d'Orlando, où ont été comptés 49 morts et 53 blessés.

« Demain, nous allons rendre publics un certain nombre d'extraits écrits des appels [téléphoniques] entre le tueur et la police d'Orlando cette nuit-là dans le night-club », a déclaré à CNN Loretta Lynch, la ministre américaine de la Justice.

Le tueur, Omar Mateen, a commencé son équipée sanglante dimanche 12 juin à 2 h au Pulse, une boîte gaie en vogue d'Orlando.

Après avoir ouvert le feu sur la clientèle et échangé des tirs avec des policiers, il a pris des personnes en otage dans les toilettes de la discothèque, d'où il a composé le numéro d'urgence 911, avant d'être rappelé.

Durant ce temps, les forces de l'ordre ont privilégié la négociation avec Mateen. Elles ont finalement opté pour l'intervention armée vers 5 h du matin et tué le tireur radicalisé.

« Il y a eu trois conversations entre le tueur et les négociateurs », a souligné Mme Lynch, qui se rendra mardi à Orlando.

Durant ces échanges, Omar Mateen a prêté allégeance à l'État islamique et « a évoqué certains aspects de la politique américaine », a-t-elle affirmé. En revanche, selon elle, il n'a pas parlé de ses sentiments homophobes.

« Nous continuons donc à chercher pourquoi il a choisi cet endroit en particulier pour mener son attaque », a dit Mme Lynch.

« La raison pour laquelle nous limitons la publication de ces extraits est pour éviter d'infliger une nouvelle souffrance à ceux qui ont été impliqués dans cette horreur », a ajouté la ministre.

Omar Mateen était un citoyen américain d'origine afghane et de religion musulmane. L'attentat qu'il a perpétré est le plus grave aux États-Unis depuis le 11-Septembre.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer