Pulse: musique à fond et stroboscope avant le massacre

«Un univers de divertissement et de fantasme, le... (Photo Phelan M. Ebenhack, Associated Press)

Agrandir

«Un univers de divertissement et de fantasme, le club le plus chaud d'Orlando», ainsi se présente Pulse sur son site internet.

Photo Phelan M. Ebenhack, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Orlando

La musique électronique tonnait dans les enceintes acoustiques du Pulse, boite de nuit gaie inondée par la lumière stroboscopique en cette nuit chaude en Floride. Avant qu'au moins 50 personnes ne soient massacrées.

Le club Pulse d'Orlando, théâtre dimanche de la pire fusillade de l'histoire des États-Unis, s'affiche comme l'un des établissements emblématiques de la cause des personnes LGBTI (lesbiennes, gais, bisexuelles, transgenres, intersexuées) en Floride et dans tout le pays.

La fête battait son plein à 2h00 du matin.

À minuit, le Pulse avait organisé ce qui a fait sa réputation en Floride: une soirée «latine» haute en couleur, sexy et tapageuse.

La boite se présente comme «le club le plus chaud d'Orlando», selon son site internet agrémenté de nombreuses photos parfois un brin sulfureuses.

Une vidéo postée sur le site Periscope montre, apparemment quelques heures avant la tuerie de dizaines de clients, dansant, levant leurs verres, riants bruyamment, prenant parfois une pose suggestive.

Puis soudain, le vacarme déchirant d'une arme.

«Quelqu'un a commencé à tirer. Les gens se sont jetés sur le sol», a raconté l'un des clients de la discothèque, Ricardo Negron, cité sur SkyNews. «Il y a eu une courte pause dans les tirs et certains d'entre nous ont pu se lever et sortir en courant vers l'arrière» de l'établissement.

Ce témoin survivant affirme avoir entendu «des tirs continus» pendant probablement moins d'une minute.

Comme ce fut le cas dans l'attentat djihadiste du Bataclan à Paris le 13 novembre dernier (90 morts), des témoins ont raconté n'avoir pas immédiatement réalisé qu'il s'agissait de coups de feu.

Il y avait des centaines de fêtards dans la discothèque en cette nuit chaude en Floride, l'un des États les plus touristiques des États-Unis avec quelque 100 millions de visiteurs par an.

Sur CNN, Christopher Hanson a également témoigné de l'horreur de la soirée: «Je n'ai vu aucun des tireurs. J'ai juste vu des corps tomber. J'étais au bar pour commander un verre, je suis tombé, j'ai rampé pour sortir. Les gens essayaient de sortir par derrière. Quand je suis arrivé dans la rue, il y avait du monde, du sang partout».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer