Adele dénonce l'utilisation d'une de ses chansons par Trump

La chanteuse avait déjà fait état de ses... (Photo Reuters)

Agrandir

La chanteuse avait déjà fait état de ses sympathies envers le Labour, le grand parti de centre-gauche britannique, mais s'est aussi prononcée contre des impôts trop élevés pour les riches depuis qu'elle a connu la gloire, une mesure aussi décriée sur la scène américaine par Donald Trump.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La diva britannique Adele, artiste au sommet des palmarès avec sa chanson Hello, s'est opposée lundi à la diffusion de l'une des chansons lors des rassemblements du candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump.

Le milliardaire américain, un admirateur présumé d'Adele qu'il avait vue en spectacle récemment à New York, fait jouer régulièrement le tube Rolling in the Deep dans ses réunions politiques au grand dam de la principale intéressée.

Lundi, au premier jour du marathon des primaires américaines, au cours duquel les partisans des partis démocrate et républicain devront choisir leur candidat respectif à la présidentielle de novembre, Adele s'est dissociée du candidat Trump sans le nommer.

«Adele n'a pas donné son autorisation à l'usage de ses chansons dans des rassemblements politiques», a souligné dans un communiqué le porte-parole de l'artiste qui a atteint le plus rapidement le milliard de vues sur YouTube avec sa ballade romantique Hello, un clip réalisé par le cinéaste québécois Xavier Dolan.

La chanteuse avait déjà fait état de ses sympathies envers le Labour, le grand parti de centre-gauche britannique, mais s'est aussi prononcée contre des impôts trop élevés pour les riches depuis qu'elle a connu la gloire, une mesure aussi décriée sur la scène américaine par Donald Trump.

Aux États-Unis, la classe politique, et plus souvent la droite, a souvent été critiquée pour jouer des oeuvres musicales lors de ses rassemblements sans le consentement des artistes concernés.

Plus tôt dans la course à l'investiture républicaine, Donald Trump avait d'ailleurs utilisé Rockin' in the Free world de Neil Young et It's the world as we know it du trio REM, suscitant l'ire de ces artistes qui ne veulent pas être associés, de près comme de loin, à sa campagne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer