Des salles d'allaitement pour les militaires américaines

Les salles d'allaitement seront obligatoires sur tous les... (Photo Karim SAHIB, archives AFP)

Agrandir

Les salles d'allaitement seront obligatoires sur tous les sites militaires employant plus de 50 femmes, soit quelque 3600 sites, selon le Pentagone.

Photo Karim SAHIB, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les femmes militaires américaines vont pouvoir bénéficier de salles d'allaitement sur leur lieu de travail, a décidé le Pentagone qui cherche à éviter le départ des jeunes parents de l'armée.

La mesure a été annoncée jeudi par le secrétaire à la Défense Ashton Carter, parmi d'autres décisions comme un congé paternité porté à 14 jours, contre 10 jusqu'ici.

« Pour ceux qui veulent être pères ou s'apprêtent à l'être, je veux qu'ils sachent que cela existe, et je veux qu'ils en fassent le plein usage », a souligné M. Carter lors d'une conférence de presse.

Selon le secrétaire à la Défense, les salles d'allaitement lui ont été notamment conseillées par Sheryl Sandberg, la numéro 2 de Facebook, qu'il avait rencontrée en septembre au Pentagone pour discuter de la place des femmes dans l'univers professionnel.

Celles-ci représentent 15,6 % des effectifs de l'armée américaine.

Il est possible de « faire des aménagement relativement peu chers qui permettent à nos lieux de travail d'être plus accueillants pour les femmes qui reviennent de congé maternité », a encore expliqué M. Carter.

Les salles d'allaitement seront obligatoires sur tous les sites militaires employant plus de 50 femmes, soit quelque 3600 sites, selon le Pentagone.

Le Pentagone a également décidé d'uniformiser à 12 semaines le congé maternité, pour tous ses services.

La décision fait des heureuses dans l'armée de terre et l'aviation, où la mesure représente un doublement de ce qui était offert jusqu'à présent.

Elle risque en revanche de faire grincer des dents dans la Navy et chez les Marines, qui venaient juste de décider de le faire passer à 18 semaines.

Les femmes actuellement enceintes pourraient toutefois bénéficier des 18 semaines de congés, a précisé le ministre.

Ashton Carter a répété à de nombreuses reprises qu'il voulait que l'armée américaine puisse recruter dans toute la population américaine, pour élargir le vivier de talents.

Il a ainsi décidé en décembre d'ouvrir aux femmes les postes de combat qui leur restaient fermés, notamment dans l'infanterie, l'artillerie, les blindés ou les forces spéciales.

Il prépare aussi des mesures concernant les personnes transgenres, qui pour l'instant risquent l'expulsion de l'armée.

Les mesures « pro-famille » annoncées jeudi par le Pentagone prévoient également un programme pilote permettant aux militaires de congeler leur sperme ou leurs ovules, pour préserver leurs capacités reproductives, malgré les risques inhérents au combat.

Le Pentagone va également permettre à des militaires de prolonger leur affectation pour raison familiale, sous certaines conditions.

Selon M. Carter, 52 % du personnel du rang est marié.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer