Les occupants armés d'un parc d'Oregon coupent des clôtures fédérales

Un manifestant bloque l'objectif de la caméra d'un... (PHOTO AP)

Agrandir

Un manifestant bloque l'objectif de la caméra d'un reporter près de l'entrée du refuge faunique de Malheur.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le groupe armé de manifestants anti-gouvernementaux qui occupe depuis dix jours un parc du nord-ouest américain a fait monter d'un cran sa guerre des nerfs avec les autorités en coupant des clôtures fédérales lundi.

Les manifestants, reclus dans le siège du Malheur National Wildlife Refuge, perdu au fond de l'Oregon, ont utilisé des tenailles trouvées dans un bâtiment pour couper les fils barbelés qui délimitaient le parc.

Ammon Bundy, un éleveur originaire de l'État voisin du Nevada qui mène ce mouvement, a justifié cette décision en affirmant que ses comparses et lui agissaient à la demande d'un éleveur de la région, dans le cadre de leur projet: rendre les terres fédérales au peuple du comté de Harney.

Selon lui, l'autorité américaine Fish and Wildlife (USFWS), qui gère le parc Malheur, a installé cette clôture l'an dernier, et elle empêche à présent l'éleveur d'y faire paître ses 600 vaches.

«Ca va les aider de leur permettre de gérer leur ranch comme par le passé», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse couverte par les médias locaux.

D'après ABC, les protestataires ont aussi consulté les documents laissés sur place par les employés fédéraux.

Un manifestant déguisé en officier de l'Armée continentale... (PHOTO REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Un manifestant déguisé en officier de l'Armée continentale de George Washington se promène dans le parc national. 

PHOTO REUTERS

L'agence fédérale a condamné l'action des occupants. «Enlever des clôtures, abimer la propriété du refuge, est illégal» et «tout mouvement de bétail dans le parc ou toute autre activité qui n'est pas spécifiquement autorisée par l'USFWS constitue une violation de propriété», d'après un communiqué reçu par la chaîne ABC News.

Une dizaine d'occupants restaient dans le parc lundi, essentiellement des éleveurs comme Ammon Bundy, son frère Ryan, ou LaVoy Finicum, venu d'Arizona.

Certains de leurs acolytes sont d'anciens militaires comme Jon Ritzheimer, connu pour ses positions anti-islam.

L'occupation du parc a commencé le 2 janvier en soutien à Dwight et Steven Hammond, deux éleveurs condamnés pour la seconde fois à de la prison pour avoir incendié des terres fédérales. Tous deux se sont présentés volontairement dans le centre pénitentiaire où ils purgent depuis leur peine et se sont clairement distanciés du mouvement.

Certains voisins ou membres de la communauté locale, notamment l'association des éleveurs d'Oregon, ont condamné les méthodes des Bundy, rejetant toute action illégale, même s'ils soutiennent les Hammonds.

La police a jusqu'alors refusé de répondre aux provocations, misant sur un épuisement du mouvement.

La semaine dernière, le shérif du comté de Harney David Ward s'était rendu dans le parc pour demander à nouveau aux militants de quitter les lieux pacifiquement, en vain.

Les écoles du comté, restées fermées toute la semaine dernière, ont rouvert.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer