Une manif bloque des accès à l'aéroport de Minneapolis

Les participants à la manifestation ont scandé des... (PHOTO AP)

Agrandir

Les participants à la manifestation ont scandé des slogans dénonçant la mort de Jamar Clark, un homme noir âgé de 24 ans abattu par la police de Minneapolis, en novembre.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kyle Potter
Associated Press
Minneapolis

Les policiers de Minneapolis ont procédé à plusieurs arrestations, mercredi, alors que des centaines de manifestants avaient bloqué les accès routiers à l'aéroport de Minneapolis-St. Paul, au Minnesota, causant de nombreux retards.

Selon la direction de l'aéroport, les accès à un des deux terminaux ont été bloqués, ce qui a fait déborder le trafic dans les routes environnantes. Un certain nombre de manifestants avaient utilisé le train léger pour se rendre à l'aéroport après que la police eut fermé le plus gros centre commercial des États-Unis, lieu de départ de la manifestation.

Selon les autorités policières, 15 personnes ont été interpellées, la plupart pour avoir nui au travail des policiers ou pour intrusion. Aucun acte de vandalisme n'a été déploré.

Le gouverneur du Minnesota, Mark Dayton, a affirmé que le rassemblement avait créé une «situation très, très dangereuse», incitant les manifestants à se disperser.

Les participants à la manifestation ont scandé des slogans dénonçant la mort de Jamar Clark, un homme noir âgé de 24 ans abattu par la police de Minneapolis, en novembre. L'événement a été organisé par des militants du mouvement Black Lives Matter.

Environ 500 manifestants s'étaient d'abord rassemblés à la rotonde centrale du Mall of America, en après-midi, avant de sortir soudainement du centre commercial. En prévision du rassemblement, les boutiques avaient baissé leur grillage, les stands avaient recouvert leur marchandise et même le père Noël avait déserté sa carriole. La police avait rapidement bouclé le centre commercial, menaçant les manifestants de les arrêter.

Le gouverneur Dayton a remis en question la nécessité de telles manifestations, rappelant que les enquêtes de l'administration fédérale et de l'État étaient en cour sur la mort de Jamal Clark. Il a indiqué que la publication de la vidéo de l'altercation entre les policiers et l'individu pourrait mettre en péril les enquêtes.

Une manifestation similaire s'y était déroulée plus tôt ce mois-ci. Elle avait réuni des centaines de personnes déjà indignées par le refus des autorités judiciaires de poursuivre des policiers de New York et de Ferguson qui avaient tué des Noirs non armés. Les boutiques avaient dû fermer leurs portes. Plusieurs dizaines de personnes avaient été arrêtées.

La direction du centre commercial avait déploré les manifestations, affirmant qu'elles faisaient perdre des ventes aux commerçants. Situé à Bloomington, le Mall of America, qui compte plus de 500 boutiques réparties sur quatre étages et un parc d'amusement, attire des consommateurs de partout.

Ni elle, ni la police de Bloomington n'ont voulu donner des renseignements sur les mesures de sécurité qui ont été mises en place.

Des gardes de sécurité avaient bloqué certaines parties de la rotonde centrale tandis que des policiers provenant de divers corps de la région patrouillaient à l'intérieur du centre commercial.

La direction avait tenté d'obtenir une injonction pour empêcher la manifestation. Une juge a interdit à trois organisateurs de participer à l'événement mais elle a affirmé qu'elle ne pouvait pas empêcher des inconnus de se rendre dans un centre commercial.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer