L'Université de Chicago fermée pour craintes de fusillade

La direction de l'Université de Chicago a demandé... (PHOTO UNIVERSITÉ DE CHICAGO)

Agrandir

La direction de l'Université de Chicago a demandé aux étudiants et à ses employés de ne pas venir sur le campus et de rester chez eux, à l'exception des membres du personnel médical.

PHOTO UNIVERSITÉ DE CHICAGO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHICAGO

Une personne a été arrêtée après des menaces de violences armées visant l'université de Chicago (Illinois), qui avaient conduit cette dernière à annuler ses cours lundi sur son campus de Hyde Park.

«Un individu est en garde à vue en lien avec une menace de violences contre l'université de Chicago. Des inculpations sont en cours», a indiqué à l'AFP la police fédérale (FBI), sans préciser l'identité ni les motivations du suspect.

Le FBI avait informé la direction de l'établissement dimanche «que des personnes non identifiées avaient posté sur internet des menaces de violences armées contre l'université de Chicago prévues pour lundi à 10 h du matin», selon un communiqué du président de l'université Robert Zimmer.

Confirmant cette arrestation sur son site, l'université a précisé que les cours sur son campus de Hyde Park resteraient néanmoins annulés lundi.

Selon le quotidien Chicago Tribune, l'auteur de la menace avait pour projet de tuer 16 étudiants blancs pour se venger de la mort l'an dernier de Laquan McDonald, un adolescent noir abattu de 16 balles par un policier blanc.

Les autorités de Chicago avaient rendu publique mardi dernier une vidéo très choquante de la mort de l'adolescent. Le policier a été inculpé pour meurtre avec préméditation.

La direction de l'université de Chicago a demandé aux étudiants et à ses employés de ne pas venir sur le campus et de rester chez eux, à l'exception du personnel médical.

Chicago est l'une des villes les plus violentes des États-Unis et les fusillades y sont fréquentes.

Le débat sur la libre circulation des armes à feu est régulièrement ravivé par des fusillades commises dans le pays, y compris dans des universités.

Le 1er octobre, un tireur a ouvert le feu sur un campus de l'Oregon, tuant neuf personnes avant de se suicider.

D'autres fusillades mortelles se sont produites dans le Tennessee (sud) le 22 octobre et en Caroline du Nord (sud-est) le 1er novembre, qui ont fait chacune un mort.

Vendredi, un homme a tué trois personnes dans un centre de planning familial du Colorado (ouest). Il devait être présenté à un juge lundi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer