Los Angeles: un prince saoudien soupçonné d'agression sexuelle

Un prince saoudien a été arrêté à Los Angeles, soupçonné d'avoir forcé une... (Photo archives AP)

Agrandir

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Un prince saoudien a été arrêté à Los Angeles, soupçonné d'avoir forcé une femme à lui faire une fellation dans sa propriété de Beverly Hills, a indiqué vendredi la police locale.

La police a arrêté le prince Majed Abdulaziz mercredi en début d'après-midi après avoir reçu un appel de témoins près de la propriété, a affirmé à l'AFP la police de Los Angeles.

Des témoins ont rapporté avoir vu une femme en sang appelant à l'aide alors qu'elle essayait d'escalader le mur entourant la maison, selon le quotidien local Los Angeles Times.

Le prince, âgé de 28 ans, a passé la nuit en prison avant d'être remis en liberté jeudi moyennant une caution de 300 000 dollars.

Il est également accusé de séquestration, coups et blessures et «menaces criminelles» (menace de tuer ou blesser quelqu'un).

Le prince est convoqué devant la justice le 19 octobre. Il risque jusqu'à huit ans de prison et 10 000 dollars d'amende.

Le département d'État a déclaré ne disposer d'aucune information indiquant qu'il puisse bénéficier d'une immunité diplomatique.

Ce n'est pas la première fois qu'un membre des monarchies du Golfe, qui possèdent de nombreuses luxueuses propriétés à Los Angeles, a maille à partir avec les autorités.

La semaine dernière, un membre de la famille régnante du Qatar, cheikh Khalid bin Hamad al Thani, a été interrogé par la police de Beverly Hills après la diffusion d'une vidéo montrant une Ferrari jaune franchissant à grande vitesse des panneaux «stop» et frôlant des piétons.

Prévenue par des habitants, la police a déterminé qu'il en était le propriétaire. Bien connu des circuits de course automobile, il a nié avoir été au volant, mais affirmé bénéficier d'une immunité diplomatique.

En 2013, une princesse saoudienne avait été accusée à Los Angeles d'avoir traité en esclave une Kényane qui était employée de maison. Mais les charges contre Meshael Alayban avaient finalement été abandonnées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer