Identité raciale: la militante Rachel Dolezal s'expliquera lundi

Rachel Dolezal... (Photo Colin Mulvany, archives AP)

Agrandir

Rachel Dolezal

Photo Colin Mulvany, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nicholas K. Geranios
Associated Press
SPOKANE, Wash.

La responsable de la section de Spokane de l'Association nationale pour la promotion des gens de couleur (NAACP), Rachel Dolezal, a affirmé qu'elle s'expliquerait lundi sur la controverse concernant son identité raciale. Celle-ci a été déclenchée par une déclaration de sa famille voulant que bien que Mme Dolezal s'identifie comme une Afro-Américaine, elle serait en fait de race blanche.

La chaîne télévisée KHQ-TV de Spokane, dans l'État de Washington, a rapporté que la militante des droits civiques a envoyé un message aux membres de la NAACP précisant qu'elle allait aborder la question de son identité raciale à la réunion mensuelle de la section de Spokane, lundi soir.

Rachel Dolezal y souligne avoir discuté de la controverse avec le comité exécutif de l'organisation. Elle «appuie leur décision d'attendre à lundi pour publier un communiqué» et publiera sa réponse au même moment, comme le comité exécutif lui a demandé.

La femme de 37 ans, qui est également professeure adjointe au département d'études africaines de l'université Eastern Washington, se présente comme une Afro-Américaine à la peau brune claire et aux cheveux noirs et frisés. Toutefois, cette semaine, ses parents ont rendu publiques des photos d'elle jeune fille, où elle apparaît comme une Blanche aux cheveux blonds et aux yeux bleus.

La mère de Mme Dolezal, Ruthanne - à qui elle n'a pas parlé depuis des années - a expliqué à des journalistes de Troy, au Montana, que sa fille aurait commencé à se présenter comme une Afro-Américaine il y a plus d'une décennie, lorsque sa famille a adopté quatre enfants de cette origine.

Vendredi, la NCAAP a diffusé un communiqué assurant qu'elle appuyait sa responsable locale. «L'identité ethnique n'est pas un critère pour disqualifier un dirigeant de la NAACP. Partout au pays, la NAACP tente de rendre justice à tout le monde», a écrit l'organisation.

Les autorités de Spokane enquêtent actuellement pour déterminer si Rachel Dolezal a enfreint les règles municipales lorsqu'elle s'est identifiée en tant qu'Afro-Américaine au moment de postuler au poste de directrice d'un comité de la police municipale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer