Des élus appellent Obama à reconnaître le génocide arménien

Vingt-et-un pays reconnaissent le génocide, selon l'Institut national... (Photo: AFP)

Agrandir

Vingt-et-un pays reconnaissent le génocide, selon l'Institut national arménien, qui inclut les États-Unis dans sa liste.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

À l'approche des commémorations du centenaire du génocide arménien, plus de 40 parlementaires américains ont déposé mercredi une résolution appelant Barack Obama à reconnaître le génocide, un terme qu'il n'a jamais employé comme président.

Le texte, déposé à la Chambre des représentants par des démocrates et des républicains, appelle Barack Obama à aider à l'amélioration des relations entre l'Arménie et la Turquie, sur la base «d'une pleine reconnaissance des faits et conséquences continues du génocide arménien».

Le président américain, lorsqu'il faisait campagne pour la Maison-Blanche en 2008, s'était engagé à reconnaître le génocide, mais en tant que président il n'a jamais prononcé le mot, notamment dans les communiqués diffusés chaque année autour du 24 avril. En 2014, il avait évoqué «l'une des pire atrocités du XXe siècle» et appelé à une «reconnaissance pleine, franche et juste des faits».

Le Congrès a reconnu le génocide avec l'adoption de résolutions par la Chambre en 1975 et 1984.

En 1981, le président Ronald Reagan avait dans une proclamation également cité le génocide des Arméniens.

La Turquie a toujours refusé d'admettre toute élimination planifiée, évoquant la mort d'environ 500 000 Arméniens (contre 1,5 million selon l'Arménie), qui s'étaient rangés du côté de son ennemie la Russie, lors de combats ou à cause de famines.

Vingt-et-un pays reconnaissent le génocide, selon l'Institut national arménien, qui inclut les États-Unis dans sa liste.

«Lors de cet anniversaire important, et tant qu'il reste des survivants parmi nous, le Congrès et le président ont l'occasion et l'obligation d'envoyer un message fort: nous n'oublierons jamais les morts, et nous appellerons ce crime contre l'humanité ce qu'il est, un génocide», a déclaré le représentant démocrate Adam Schiff, l'un des signataires, qui avait déjà déposé un texte similaire en 2007.

À ce stade, le président de la Chambre, le républicain John Boehner, n'a pas indiqué si le texte serait soumis à un vote.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer