Keystone: Obama va s'empresser d'imposer son veto

Le document du projet de loi est exposé... (Photo: AFP)

Agrandir

Le document du projet de loi est exposé dans le bureau de la Chambre Rayburn au Capitole des États-Unis, à Washington. Selon des sondages, une pluralité d'Américains appuient Keystone XL.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Washington

Le président Barack Obama s'apprête à imposer son veto sur le projet de loi du Congrès approuvant le projet d'oléoduc Keystone XL, a annoncé un porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest, lundi.

La Chambre des représentants et le Sénat, tous deux sous le contrôle des républicains, ont adopté ce projet de loi au début du mois et comptent l'envoyer au président mardi. M. Obama aura ensuite 10 jours pour retourner le document législatif au Congrès sans l'avoir signé, ce qui constituerait un veto.

M. Earnest a affirmé que le président comptait signifier son refus sans tambour ni trompette. «Je ne m'attends pas à un grand drame ou à une annonce en fanfare», a-t-il dit.

L'annonce représente un coup dur pour le projet, mais ne signe pas son arrêt de mort. La décision d'aller de l'avant avec la construction de l'oléoduc dépend d'un autre processus réglementaire contrôlé par la présidence.

M. Obama a répété à maintes reprises que ce n'était pas au Congrès d'approuver un projet d'infrastructure transfrontalier. Ce pouvoir appartient au président, en vertu de la Constitution, comme l'ont déjà tranché les cours. Ce processus a été détaillé par un ordre exécutif signé par George W. Bush en 2004.

Une décision doit être rendue bientôt, mais la Maison-Blanche n'a encore donné aucun échéancier à ce sujet.

Des membres du Congrès ont laissé entendre que si le président imposait son veto et rejetait le projet, ils déposeraient un projet de loi omnibus rattachant Keystone XL à des mesures qu'il serait difficile pour M. Obama de refuser.

Les républicains auraient pu transmettre la loi à la Maison-Blanche la semaine dernière avant le départ des parlementaires pour la trêve hivernale. Toutefois, ils voulaient s'assurer d'être de retour à Washington au moment de la décision de M. Obama.

«Cette administration a retardé cet important projet d'infrastructure au cours des six dernières années malgré une série d'études concluant en l'absence d'impact sur l'environnement, a déclaré le sénateur du Dakota du Nord, John Hoeven, lundi matin. Elle a eu le temps de prendre une décision juste basée sur les mérites du projet. La volonté du peuple américain et du Congrès est claire. J'encourage le président à signer le projet de loi.»

Selon des sondages, une pluralité d'Américains appuient Keystone XL.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer