Diffusion du rapport d'autopsie d'un jeune Noir tué par la police

La police de Los Angeles a diffusé lundi le rapport très attendu de l'autopsie... (Photo archives Reuters)

Agrandir

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse

La police de Los Angeles a diffusé lundi le rapport très attendu de l'autopsie d'Ezell Ford, un jeune Noir tué par la police au mois d'août, qui révèle qu'il a été touché par trois balles dont deux fatales.

Le rapport précise que M. Ford, qui n'était pas armé et qui, selon ses proches et son avocat, était atteint de troubles mentaux, a reçu une balle dans le bras, une dans le dos et une à l'abdomen. Ces deux derniers projectiles ont tué M. Ford.

Le rapport, obtenu par l'AFP, précise aussi que M. Ford porte la marque de la bouche du canon du pistolet du policier sur le côté droit de son dos. Il note aussi la présence de cannabis chez la victime.

Il a été publié après des mois de manifestations pacifiques, et après que le maire de Los Angeles Eric Garcetti eut promis sa diffusion d'ici la fin de l'année.

Ezell Ford avait été tué par un agent de police qui patrouillait avec un collègue dans un quartier du sud de Los Angeles, deux jours après la mort de Michael Brown à Ferguson, dans le Missouri (centre).

Comme M. Ford, Michael Brown était un adolescent Noir et il a été tué par un policier blanc.

D'après la police, Ezell Ford a été interpellé par Sharlton Wampler et Antonio Villegas alors qu'il marchait dans la rue avec un comportement jugé «suspect» et alors qu'il semblait vouloir «dissimuler quelque chose dans ses mains».

Lorsque les deux policiers l'ont suivi hors de leur voiture, il aurait tenté de s'échapper avant de faire volte-face et de mettre à terre l'un des deux policiers et d'essayer d'attraper son arme. Celui-ci aurait appelé à l'aide son partenaire.

Lors d'une conférence de presse lundi, le chef de la police de Los Angeles Charlie Beck a affirmé qu'il n'y avait «rien dans ce rapport d'autopsie qui soit incohérent avec la version donnée par» les policiers.

Le policier à terre, avec «M. Ford sur lui», aurait «attrapé son arme de secours» puis «M. Ford par le dos et tiré», ce qui selon M. Beck colle avec la version de la marque de pistolet décrite dans le rapport et atteste la version d'un tir «de près».

Le second agent a tiré les deux autres balles, d'après la police.

M. Beck a aussi répété l'appel à témoin lancé par la police depuis plusieurs mois, de nombreux témoins ayant refusé d'apporter leur contribution à l'enquête.

«Cette enquête est loin d'être terminée», a fait valoir M. Beck.

La famille du défunt, son avocat et des témoins cités par les médias locaux nient que M. Ford se soit battu ou que son comportement ait été agressif.

Dans une courte déclaration suivant la conférence de presse, Earl Hutchinson, président d'une association de défense des droits des minorités, la Los Angeles Urban Policy Roundtable, a de nouveau appelé la procureur de Los Angeles Jackie Lacey à «envisager de porter plainte au pénal contre les deux agents du LAPD», la police de Los Angeles.

«La mort de Ford a été qualifiée d'homicide par le rapport d'autopsie, et les blessures de balle dans son dos suggèrent fortement qu'il ne pouvait pas être en train de résister aux policiers» ou de «les attaquer», a poursuivi M. Hutchinson.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer