New York: un jeune juif poignardé dans une synagogue

L'attaque s'est produite au siège mondial de la... (PHOTO STEPHANIE KEITH, REUTERS)

Agrandir

L'attaque s'est produite au siège mondial de la communauté hassidique Habad Loubavitch, à Brooklyn, vers 1 h 40 du matin.

PHOTO STEPHANIE KEITH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jennie MATTHEW, Raphaëlle PICARD
Agence France-Presse
NEW YORK

Un étudiant juif a été blessé à la tête dans une synagogue du quartier de Brooklyn à New York par un homme armé d'un couteau, a annoncé mardi la police, un acte à caractère antisémite selon des témoins.

L'agresseur, un homme noir de 49 ans, a été tué par la police, et la victime hospitalisée, a déclaré le porte-parole de la police de New York, Adam Navarro.

L'agression s'est produite à 1 h 40 du matin au siège mondial de la communauté hassidique Habad Loubavitch, a raconté à l'AFP Arie, un étudiant juif qui a filmé les faits avec son téléphone.

La victime, un étudiant rabbin nommé Levi Rosenblat, est hospitalisée et est dans un état stable, a indiqué le rabbin Motti Seligson, depuis cette université rabbinique.

M. Seligson a expliqué que des témoins de la scène avaient entendu l'assaillant hurler à plusieurs reprises «Tuez les juifs!», avant de poignarder la victime sur le côté du visage.

La police a également précisé à l'AFP que des propos antisémites avaient été rapportés par des témoins et qu'une enquête avait été ouverte.

Le rabbin Moni Ender, un porte-parole des Loubavitch en Israël, avait dans un premier temps déclaré à la radio militaire israélienne être «sûr à 98%» que l'attaque ne semblait pas être «un acte prémédité de haine ou motivé par le nationalisme».

Le maire de New York Bill de Blasio a indiqué que l'auteur de cette «attaque inquiétante» souffrait de «problèmes psychologiques», sans donner d'autre précision. Il a également salué la réaction des policiers grâce à laquelle «davantage de personnes n'ont pas été blessées voire pire».

«J'étais dans la salle d'étude lorsque j'ai entendu crier en hébreu +Il m'a poignardé, sauvez-moi, aidez-moi!+», a raconté Arie, refusant de donner son nom de famille. «J'ai levé la tête et j'ai vu un homme de grande carrure, de couleur noire qui était de dos (...) et j'ai vu qu'il avait un couteau ensanglanté dans ses mains».

«En m'approchant du garçon, j'ai vu que son oreille était couverte de sang», a-t-il poursuivi, ajoutant avoir entendu d'un autre témoin que l'agresseur avait frappé l'étudiant trois à quatre fois, de «manière assez précise, avec une claire intention meurtrière».



Couteau de cuisine de 23 cm

La police, arrivée très vite sur place, a donné ordre à l'agresseur de déposer son arme, un couteau de cuisine de 23 cm de longueur. Mais celui-ci s'est précipité sur les policiers qui ont alors fait feu, atteignant l'assaillant au torse, a affirmé le porte-parole de la police, Adam Navarro.

Il a indiqué que l'agresseur était un Noir de 49 ans et que le motif de l'attaque n'était pas clair.

La synagogue est ouverte 24 heures sur 24 et des sans-abri y trouvent refuge la nuit pour se réchauffer, a-t-il souligné.

L'homme, selon des témoins, avait été vu plus tôt aux abords de la synagogue.

Dans une vidéo postée sur le site de la communauté juive Crown Heights, on voit l'assaillant se disputer avec plusieurs hommes dans la synagogue alors qu'il tient son couteau à la main. Les membres de la communauté tentent de le calmer et lui intiment l'ordre de déposer son couteau.

On voit ensuite un policier pointer son arme à feu sur lui et lui crier de nombreuses fois de lâcher son arme blanche. L'homme baisse son couteau, mais le relève ensuite et se dirige vers le policier.

«Il avait un regard menaçant, il criait, on avait clairement l'impression qu'il avait en tête de faire un maximum de victimes», a expliqué Arie.

On entend alors un coup de feu mais la vidéo ne montre pas directement le policier abattre l'assaillant. La vidéo reprend alors que des policiers passent les menottes à l'homme, qui est à terre, avant que des services de secours tentent de le soigner.

«Pour nous, ce policier est un héros, surtout en Amérique et, dans le contexte actuel, être capable d'autant de sang froid (...), sans lui, il y aurait certainement eu d'autres victimes», a encore dit Arie.

Le chef de la police de New York, Bill Bratton, a ordonné par précaution un renforcement de la sécurité de la totalité des institutions religieuses juives dans l'attente des résultats de l'enquête.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer