Un Américain plaide coupable de soutien à l'EI

Donald Ray Morgan, arrêté début août à l'aéroport... (Photo EDUARDO MUNOZ, Archives Reuters)

Agrandir

Donald Ray Morgan, arrêté début août à l'aéroport JFK de New York pour possession illégale d'une arme à feu remontant à janvier 2012.

Photo EDUARDO MUNOZ, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un Américain de 44 ans a plaidé coupable jeudi de tentative de soutien matériel à l'organisation djihadiste de l'État islamique (EI) et encourt quinze ans de prison et 250 000 dollars d'amende.

Donald Ray Morgan, arrêté début août à l'aéroport JFK de New York pour possession illégale d'une arme à feu remontant à janvier 2012, «se rendait à l'étranger avec l'intention de rejoindre le groupe terroriste violent EI en Syrie. Les citoyens américains soutenant des organisations terroristes doivent rendre des comptes», a déclaré l'agent spécial du FBI, John Strong, cité dans un communiqué.

Son plaider coupable, jeudi, «est la preuve de notre engagement à confondre ceux qui tentent de partir à l'étranger pour soutenir des organisations terroristes», a indiqué dans le même communiqué le ministre adjoint de la Justice John Carlin. «Empêcher les individus de rejoindre l'EI et faire en sorte que ceux qui tentent d'apporter un soutien matériel à l'organisation terroriste rendent des comptes, reste l'une de nos plus hautes priorités».

Selon l'acte d'accusation, M. Morgan a tenté «en connaissance de cause» de fournir son soutien et des fonds, y compris ses «propres services», à l'EI, de janvier 2014 à son arrestation le 2 août 2014. Il a au moins à une occasion, en mai 2014, tenté sans succès de se rendre du Liban en Syrie pour rejoindre l'EI et a exprimé fréquemment son soutien à l'EI et aux «activités terroristes violentes» à travers les médias sociaux et une interview à une télévision américaine.

Dans un tweet découvert fin juillet par le FBI, il aurait notamment écrit: «Il est juste de tuer nos ennemis et de les décapiter», selon des documents judiciaires.

Dans son interview à une chaîne américaine, diffusée le 3 septembre, il aurait reconnu qu'il avait acheté un billet en mai avec «l'intention de se rendre en Syrie», soit avec des convois humanitaires soit directement avec l'EI.

Il encourt en outre 10 ans de prison pour port d'armes illégal après trois précédentes condamnations. Sa sentence sera annoncée le 18 février.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer