Une machine pour fabriquer chez soi la partie centrale d'un fusil d'assaut

Cody Wilson avait déjà inventé l'an dernier le... (Archives AP)

Agrandir

Cody Wilson avait déjà inventé l'an dernier le pistolet Liberator, une arme en plastique à un coup, fabriquée à partir d'une imprimante 3D.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le créateur du premier pistolet fabriqué par imprimante 3D a présenté mercredi aux États-Unis une autre machine capable de produire la partie centrale métallique d'un fusil d'assaut, au risque de relancer le débat sur le contrôle des armes.

Cet inventeur, Cody Wilson, qui habite à Austin, au Texas, a reçu en quelques heures plus de 40 commandes pour cette machine guidée par ordinateur, nommée Ghost Gunner, que sa société Defense Distributed vend en ligne 1199 dollars.

«Je dirais que c'est une machine de bureau qui peut modeler de l'aluminium», a déclaré M. Wilson dans un courriel à l'AFP.

«Nous l'avons programmée pour que des novices puissent fabriquer facilement des fusils», précise-t-il.

La machine peut précisément fabriquer le boîtier de culasse d'un fusil d'assaut de type AR-15. C'est le coeur de l'arme qui porte les éléments amovibles comme le canon, le chargeur ou encore le mécanisme de détente.

Aux États-Unis, où la Constitution garantit à chacun le droit de porter une arme, ces boîtiers sont les parties les plus réglementées des armes à feu, qui portent habituellement un numéro de série.

Or cette machine permettrait à chacun de fabriquer chez soi ces boîtiers sans qu'ils soient identifiés, et auxquels il suffirait d'ajouter un canon, une crosse et un chargeur pour avoir une arme en état de fonctionner.

Cette invention risque de relancer le débat sur le contrôle des armes aux États-Unis, ses avocats plaidant pour une interdiction des armes semi-automatiques, à l'origine des pires fusillades, comme celle de l'école de Newtown, au Connecticut, qui avait provoqué la mort de 20 enfants.

M. Wilson avait déjà inventé l'an dernier le pistolet Liberator, une arme en plastique à un coup, fabriquée à partir d'une imprimante 3D.

Mais le gouvernement américain avait obligé M. Wilson à retirer le guide de fabrication en ligne du pistolet, au nom du contrôle des licences et des exportations d'armes, même si les fichiers étaient restés consultables sur des sites illégaux de téléchargement.

Une vidéo promotionnelle montre comment fontionne la machine Ghost Gunner, qui est livrée avec un logiciel et un guide d'instructions, et permet de modeler un bloc d'aluminium.

M. Wilson a précisé que sa machine, assemblée à Austin, commencerait à être livrée autour de Noël, et qu'il pourrait prendre des commandes à l'international «dans deux jours».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer