Corruption: l'ex-maire de La Nouvelle-Orléans fera appel

Ray Nagin... (Photo: Reuters)

Agrandir

Ray Nagin

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Kevin McGill
La Presse Canadienne
Nouvelle-Orléans

L'ancien maire de la Nouvelle-Orléans Ray Nagin a déposé un avis officiel d'appel, mardi, dans l'affaire de corruption qui a entraîné sa culpabilité pour 20 accusations criminelles, en plus de l'envoyer derrière les barreaux pour 10 ans.

Nagin, un démocrate, a été reconnu coupable, en février, d'accusations comprenant la conspiration, l'utilisation de pots-de-vin, le blanchiment d'argent, la fraude et le dépôt de documents fiscaux falsifiés. Ces accusations découlent de ses deux mandats à la mairie, de 2002 à 2010, y compris le moment où l'ouragan Katrina a frappé, en 2005.

La brève note précise que l'appel concernera le verdict, la peine et un ordre forçant l'ex-premier magistrat à remettre une somme de 500 000 $ US acquise illégalement, ainsi que des jugements de la cour rendus avant le verdict. La demande d'appel sera évaluée par la Cour d'appel du cinquième circuit.

L'ex-maire doit se rendre en prison fédérale le 8 septembre.

Jusqu'à son inculpation, en 2013, l'homme était principalement connu pour une interview radio largement diffusée où, accumulant les grossièretés et les jurons, il s'en prenait à la réponse du fédéral dans les jours suivants la destruction partielle des digues ayant entraîné l'inondation d'une majeure partie de la ville pendant Katrina.

Il a été élu comme un réformateur, mais les procureurs ont soutenu que les actes criminels au sein de son administration ont débuté avant Katrina et pris de l'ampleur par la suite. Les pots-de-vin ont pris la forme d'argent, de vacances gratuites et de cargaisons de granit gratuit pour l'entreprise familiale.

Si Nagin porte sa cause en appel, les procureurs pourront le faire également. Ils faisaient pression pour obtenir 20 ans de réclusion, et ont présenté leurs objections lorsque la juge de district Helen Berrigan s'est éloignée des normes fédérales avec la peine de 10 ans.

Une décision quant à un appel de la poursuite sera rendue par le solliciteur général à Washington, selon le Bureau du procureur général.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer