Accusé de harcèlement sexuel, le maire de San Diego démissionne

Bob Filner estime qu'il a été victime d'«hystérie... (Photo MIKE BLAKE, Reuters)

Agrandir

Bob Filner estime qu'il a été victime d'«hystérie collective» après avoir été accusé de harcèlement sexuel par plus de vingt femmes.

Photo MIKE BLAKE, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le maire démocrate de San Diego, en Californie, a annoncé sa démission vendredi, dénonçant «l'hystérie collective» dont il a été victime depuis qu'une vingtaine de femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel.

Bob Filner, 70 ans, quittera ses fonctions le 30 août, moins d'un ans après avoir été élu et au terme d'une négociation à huis clos avec des élus municipaux et son ancienne directrice de la communication, Irene McCormack Jackson, la première à l'avoir accusé de harcèlement.

Les termes de l'accord ayant conduit à sa démission n'ont pas été rendus publics.

«Je vous demande pardon à tous», a déclaré le maire devant son conseil municipal. «J'ai l'impression de vous abandonner. Nous avions l'occasion de mettre en place une politique progressiste dans cette ville, pour la première fois depuis 50 ans».

Mais l'ancien élu de la Chambre des représentants a violemment critiqué les circonstances de sa démission.

«Aucune allégation (...) n'a été indépendamment vérifiée ou prouvée devant un tribunal. Je n'ai jamais harcelé sexuellement quiconque. Mais l'hystérie a pris le dessus, que beaucoup d'entre vous ont alimentée. C'est l'hystérie d'un lynchage», a-t-il dit.

Dix-huit femmes ont accusé publiquement Bob Filner de harcèlement sexuel et de comportement déplacé. Après la plainte de Mme McCormack Jackson, le maire avait présenté ses excuses, reconnaissant avoir eu un «mauvais comportement» envers les femmes.

Il a suivi depuis une thérapie intensive de deux semaines sur le harcèlement.

Vendredi, M. Filner a réitéré ses excuses à ses victimes présumées.

«Je n'avais pas l'intention d'être offensant ou de violer une quelconque limite physique ou émotionnelle. J'essayais d'établir des relations personnelles, mais un mélange d'orgueil et de maladresse ont conduit à un comportement que beaucoup ont trouvé offensant», a-t-il ajouté.

Il a également présenté ses excuses à son ancienne compagne, Bronwyn Ingram: «Tu as fait des choses mémorables pendant la courte période où tu as été Première dame (de San Diego) et je m'excuse personnellement pour le mal que je t'ai fait», a-t-il regretté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer