Obama appelle le Congrès à réformer «un système migratoire défectueux»

Lundi, lors de son discours d'investiture face à... (PHOTO JASON REDMOND, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Lundi, lors de son discours d'investiture face à un million de personnes au coeur de Washington, M. Obama avait promis d'oeuvrer à une telle réforme pour trouver une solution à la situation des quelque 10 millions de clandestins vivant aux États unis.

PHOTO JASON REDMOND, ARCHIVES REUTERS

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le président Barack Obama va se rendre mardi prochain au Nevada pour exhorter le Congrès à réformer le système migratoire des États-Unis, l'une des priorités énoncées lors de son second discours d'investiture, a annoncé vendredi la Maison-Blanche.

Lors de ce voyage, le premier de son second mandat entamé dimanche dernier, M. Obama insistera sur la nécessité d'«oeuvrer avec le Congrès à réformer cette année (notre) système migratoire défectueux», a précisé la présidence américaine dans un communiqué.

Par ailleurs, vendredi, M. Obama s'est entretenu avec les dirigeants du groupe d'élus hispaniques au Congrès, pour évoquer ce dossier, une «grande priorité législative».

Selon la présidence, M. Obama estime qu'il est «inexcusable de traîner des pieds ou de bloquer» une telle réforme, et promet de «continuer à montrer la voie» dans ce dossier.

Lundi, lors de son discours d'investiture face à un million de personnes au coeur de Washington, M. Obama avait promis d'oeuvrer à une telle réforme pour trouver une solution à la situation des quelque 10 millions de clandestins vivant aux États unis.

«Notre voyage ne sera pas terminé tant que nous n'aurons pas trouvé une meilleure façon d'accueillir les immigrés pleins d'espoir qui voient les États-Unis comme le pays du possible; tant que de brillants jeunes étudiants et ingénieurs ne seront pas enrôlés dans nos effectifs plutôt qu'expulsés de notre pays», avait-il déclaré.

Une telle réforme, poussée par M. Obama fin 2010, avait échoué au Congrès à cause de l'opposition des républicains, qui ont depuis renforcé leur emprise sur le pouvoir législatif américain.

Mais certains élus conservateurs ont laissé entendre qu'ils seraient plus flexibles à ce sujet depuis que les élections du 6 novembre ont montré que les électeurs d'origine hispanique, la minorité dont la croissance est la plus rapide aux États-Unis, avaient voté en masse pour les démocrates.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer