Évacuations massives au Dakota du Nord

Les eaux ont ateint 12,3 mètres de haut,... (Photo: AP)

Agrandir

Les eaux ont ateint 12,3 mètres de haut, soit plus de 7 mètres au-dessus de la cote d'alerte.

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Ann Arbor Miller
Agence France-Presse
Fargo

Des milliers d'habitants avaient fui vendredi une vallée du Dakota du Nord où une crue historique menaçait la ville de Fargo, en dépit des digues construites à grand peine par des bénévoles pour tenter de contenir des inondations déjà impressionnantes.

Cent-cinquante maisons d'un quartier de Fargo, une ville de 92 000 habitants de cet Etat du nord des Etats-Unis, ont été évacuées vendredi matin face à une crue record de la Red River, qui sert de frontière entre le Dakota du Nord et le Minnesota, lui aussi menacé, et traverse le Canada voisin.

Le président américain Barack Obama a placé le Minnesota en état d'alerte jeudi soir après avoir déclaré mardi l'état de catastrophe naturelle dans le Dakota du Nord, a annoncé vendredi le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs.

En tout, plusieurs milliers d'habitants ainsi que des hôpitaux ont été évacués de la vallée inondée où la neige continuait de tomber et le froid s'intensifiait.

Certains habitants, pris au piège des eaux gonflées par les chutes de neige des derniers mois, ont été secourus en hélicoptère ou par bateau.

Ce week-end risque d'être pire, ont averti les autorités.

La secrétaire à la Sécurité intérieure Janet Napolitano a indiqué vendredi que le gouvernement se préparait à héberger et à nourrir 30 000 personnes pendant une semaine. «Dans le pire des scénarios, nous pourrions nous retrouver face à 80 000 ou 100 000 personnes évacuées», a-t-elle ajouté.

Une des digues provisoires protégeant Fargo, dont le nom a été rendu célèbre par le film éponyme des frères Coen en 1996, s'est rompue vendredi et plusieurs fissures ont été constatées sur d'autres, selon les autorités.

La crue de la Red River menaçait aussi Moorhead, une ville de 35.000 habitants sur l'autre rive, dans le Minnesota.

Les eaux submergeaient les rues de Fargo et continuaient de monter inexorablement malgré les efforts de milliers de bénévoles et de centaines de gardes nationaux qui érigent depuis plusieurs jours des kilomètres de digues afin de tenter de contenir au mieux les inondations.

Les bénévoles avaient déjà rempli plus de 2,5 millions de sacs de sable vendredi.

«Le froid ralentit notre travail, c'est très difficile d'empiler des sacs couverts de neige et de glace», a confié Shari Lee, une bénévole de 40 ans.

Mais «nous n'abandonnerons pas», a assuré Dennis Sullivan, 52 ans.

Les eaux atteignaient vendredi 12,3 mètres de haut, soit plus de 7 mètres au-dessus de la cote d'alerte et un mètre de plus que le précédent record, vieux de 112 ans.

Et en 1997, les eaux étaient montées à 12 mètres, provoquant de graves inondations et l'évacuation de dizaines de milliers de personnes.

La plaine du Dakota du Nord s'est transformée en un gigantesque «étang à poissons et ne peut plus absorber ni pluie, ni neige», a estimé Patrick Slattery du Centre national de la météorologie.

«Personne, quel que soit son âge, n'a jamais vu ça», s'est exclamé vendredi le maire de Fargo, Dennis Walaker, «Il ne nous manque plus qu'une tornade!».

Les services météorologiques prévoyaient 13,1 mètres de hauteur d'eau samedi: la Red River va «évoluer dans des proportions encore jamais vues», selon un bulletin météo. Sa crue «s'approche de niveaux records et ne montre aucun signe de ralentissement».

Cette rivière, dont le lit mesure d'habitude 30 mètres, débordait vendredi sur plus de 900 mètres et de nouvelles précipitations sont attendues ce week-end.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer