Des parachutistes américains en Ukraine

Washington livre à Kiev des équipements militaires non... (PHOTO GLEB GARANICH, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Washington livre à Kiev des équipements militaires non létaux pour 75 millions de dollars.

PHOTO GLEB GARANICH, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Olga NEDBAEVA
Agence France-Presse
KIEV

L'armée américaine a déployé en Ukraine quelque 300 parachutistes dont la mission est d'entraîner les soldats ukrainiens devant combattre les séparatistes prorusses, déclenchant vendredi la colère du Kremlin qui crie à la «déstabilisation».

«Les soldats de la 173e brigade aéroportée sont arrivés cette semaine», a déclaré à l'AFP Donald Wrenn, un porte-parole de l'armée américaine.

Environ 300 soldats, d'habitude basés en Italie, seront déployés sur le terrain militaire de Iavoriv, dans la région de Lviv, près de la frontière polonaise où ils vont passer six mois.

Des instructeurs américains avaient déjà participé à des manoeuvres conjointes avec l'armée ukrainienne. Mais les parachutistes de la 173e aéroportée vont entraîner pour la première fois 900 soldats de la Garde nationale ukrainienne, subordonnée au ministère de l'Intérieur et composée notamment de volontaires ayant fait partie des milices d'autodéfense du Maïdan, mouvement de contestation proeuropéenne dans le centre de Kiev réprimé dans le sang en février 2014.

Moscou a aussitôt réagi en fustigeant une présence militaire américaine qui va «déstabiliser sérieusement la situation» dans cette ex-république soviétique engagée dans un conflit armé avec les séparatistes prorusses qui a fait plus de 6000 morts en un an.

«La présence de spécialistes d'un pays tiers ne facilite pas le règlement du conflit», a ajouté le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence Ria Novosti.

La Russie accuse les États-Unis d'avoir favorisé le soulèvement populaire du Maïdan à Kiev fin 2013- début 2014 qui a entraîné la chute du régime du président prorusse Viktor Ianoukovitch.

Ont suivi l'annexion de la péninsule ukrainienne de la Crimée en mars 2014 et le déclenchement de la rébellion séparatiste prorusse dans l'est du pays où Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d'armer les rebelles et d'y avoir déployé des troupes régulières, ce que Moscou dément catégoriquement.

«Défendre la souveraineté de l'Ukraine»

L'entraînement est censé durer six mois, et une rotation des instructeurs américains est prévue tous les deux mois.

Les soldats américains ont pour objectif d'apprendre aux Ukrainiens non seulement les techniques de combat, mais aussi d'«entretenir et renforcer le professionnalisme et le savoir-faire du personnel militaire», a déclaré le commandant Jose Mendez, cité dans le communiqué.

L'Ukraine a demandé aux États-Unis d'organiser de telles manoeuvres baptisées Fearless Guardian («Gardien sans peur») qui vont commencer lundi.

«Cet entraînement va aider les Ukrainiens à défendre leurs frontières et leur souveraineté», a précisé le capitaine Ashish Patel sur le site de l'armée américaine. Celle-ci a par ailleurs souligné que les équipements militaires utilisés pendant les manoeuvres ne seront pas livrés aux forces ukrainiennes.

«Les instructeurs américains ont une énorme expérience de combat qui pourrait être utile lors d'affrontements», a souligné le porte-parole militaire Andriï Lyssenko.

Ils vont apprendre aux Ukrainiens à «apporter la première aide médicale, réagir aux tirs et découvrir les positions rebelles», a-t-il précisé.

La Grande-Bretagne s'apprête de son côté à déployer 75 instructeurs militaires en Ukraine et le Canada a annoncé mardi qu'elle allait envoyer 200 soldats.

Les États-Unis sont l'un des plus forts soutiens de l'Ukraine dans la crise qui a provoqué la pire dégradation des relations entre la Russie et l'Occident depuis la fin de la guerre froide. Washington livre à Kiev des équipements militaires non létaux pour 75 millions de dollars.

Malgré les pressions politiques, le président américain Barack Obama refuse de livrer des armes létales à l'Ukraine.

Certains alliés européens, notamment l'Allemagne, craignent que de telles livraisons ne contribuent à une escalade du conflit dans l'Est.

La dernière trêve fragile a été arrachée à Minsk, dans la capitale bélarusse, à la mi-février avec la médiation de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français François Hollande en présence du président russe Vladimir Poutine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer