Un avion malaisien s'écrase avec 298 personnes à bord

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
KIEV

Deux cent quatre-vingt-dix-huit personnes, dont 154 passagers Néerlandais, se trouvaient à bord de l'avion malaisien en provenance d'Amsterdam qui s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine, a indiqué le vice-président de la branche européenne Malaysia Airlines.

Deux cent quatre-vingt-dix-huit personnes, dont 154 passagers Néerlandais,... (IMAGE FLIGHTRADAR24.COM) - image 1.0

Agrandir

IMAGE FLIGHTRADAR24.COM

Une image radar montre le trafic aérien évitant... (Photo tirée de Twitter/Flightradar24) - image 1.1

Agrandir

Une image radar montre le trafic aérien évitant le territoire ukrainien.

Photo tirée de Twitter/Flightradar24

«Il y avait à bord 283 passagers et 15 membres d'équipage», a déclaré Huib Gorter, vice-président de la branche Europe de Malaysia Airlines, lors d'une conférence de presse à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol.

M. Gorter a ensuite fourni un compte du nombre de passagers par nationalité, tout en précisant que la nationalité de près de 50 d'entre eux devait encore être déterminée.

Il a indiqué que 154 Néerlandais, 27 Australiens, 23 Malaisiens, 11 Indonésiens, 6 Britanniques, 4 Allemands, 5 Belges, 3 Philippins et 1 Canadien se trouvaient à bord en plus de ceux donc dont la nationalité n'a pas encore été déterminée.

Le ministère belge des Affaires étrangères a pour sa part indiqué dans la nuit que cinq Belges, et non quatre, se trouvaient à bord du vol.

Le vice-président de la branche européenne de Malaysia Airlines n'a pas été en mesure de confirmer ou non la présence de Français dans l'appareil. Mais le président François Hollande a affirmé jeudi soir que «plusieurs Français pourraient avoir été» dans l'avion.

L'avion de Malaysia Airlines, un Boeing 777 parti d'Amsterdam pour Kuala Lumpur, s'est écrasé près de la ville ukrainienne de Chakhtarsk, non loin de la frontière russe, dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses.

Selon des responsables américains, l'avion a été abattu par un missile sol-air, et les autorités de Kiev et les rebelles se sont mutuellement accusés d'être à l'origine du tir de missile supposé avoir causé la catastrophe.

M. Gorter, interrogé sur les raisons ayant poussé à voler dans cette zone, a répondu : «Pour le secteur de l'aviation, ce n'est pas une zone de guerre».

L'avion avait quitté l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol vers 12h15 (8h15 HAE), selon M. Gorter, qui a en outre indiqué que le contact avait été perdu avec l'appareil vers 14H15.

Malaysia Airlines enverra une équipe en Ukraine dès vendredi pour aider à mener l'enquête sur les causes du crash.

Les proches des victimes pourront se rendre sur les lieux de l'accident, à une date encore non déterminée, grâce à un avion au départ d'Amsterdam affrété par Malaysia Airlines, selon M. Gorter.

Boîte noire

Des miliciens séparatistes prorusses auraient récupéré la boîte noire de l'avion, selon un porte-parole des rebelles, Constantin Knyrik, cité par Interfax. Les séparatistes ont annoncé qu'ils comptaient remettre la boîte noire à Moscou pour analyse. D'après Reuters, ils seraient par ailleurs prêts à cesser temporairement les combats contre les troupes ukrainiennes pour permettre le travail de récupération des corps et débris. La présence de rebelles prorusses armés complexifie le travail des autorités ukrainiennes. 

Des morceaux du fuselage déchiqueté, dont la queue de l'appareil avec le logo de la compagnie malaisienne, ainsi que des bagages, parsèment une vaste zone au village de Grabove, près de la ville de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk. Des soldats des forces rebelles et des pompiers sont arrivés sur place. Cette région, contrôlée par les séparatistes prorusses, en guerre depuis des mois avec les forces ukrainiennes, est le théâtre de plusieurs combats, dans lesquels des missiles Grad et de l'artillerie lourde sont fréquemment utilisés. 

«Le nombre des morts n'est pas encore connu», a indiqué l'administration régionale de Donetsk, précisant que l'avion est tombé dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses, près de la frontière entre la Russie et l'Ukraine.

Malaysia Airlines a confirmé avoir «perdu le contact» avec un de ses avions, un Boeing 777 transportant 298 personnes, dont la dernière position connue était au-dessus de l'Ukraine, à 14 h 15 GMT (10h15 HAE). Au moment de sa disparition du radar, l'avion volait normalement, sans aucun problème, a déclaré le directeur de l'agence ukrainienne de régulation du trafic aérien, UKSATSE. 

«Malaysia Airlines a perdu le contact avec le vol MH17 en provenance d'Amsterdam», a déclaré sur son compte Twitter la compagnie déjà très éprouvée par la disparition en mars de l'avion assurant le vol MH370 entre Kuala Lumpur et Pékin. «La dernière position connue (de l'appareil) se situait au-dessus de l'Ukraine», a assuré Malaysia Airlines.






À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer