Des gardes armés dans les écoles de plusieurs États

La tragédie de Newtown a relancé le débat... (PHOTO LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

La tragédie de Newtown a relancé le débat sur les armes aux États-Unis et le vice-président Joe Biden, à la tête d'un groupe de travail sur la question, doit prochainement remettre ses propositions à Barack Obama.

PHOTO LUCAS JACKSON, ARCHIVES REUTERS

Partager

Dossiers >

Tuerie à Newtown

International

Tuerie à Newtown

Le 14 décembre 2012, un jeune homme a tué 20 enfants et six adultes dans l'école primaire de Sandy Hook. Il a aussi assassiné sa mère et s'est enlevé la vie. »

Agence France-Presse
Chicago

Une localité rurale de l'Ohio, dans le nord des États-Unis, a décidé d'armer les gardiens de ses écoles pour assurer la sécurité de ses élèves, près d'un mois après le massacre de 26 personnes, dont 20 enfants, par un jeune armé dans un établissement scolaire du Connecticut.

Dans un message adressé aux parents et publié jeudi sur le site internet du district scolaire de Montpelier, un responsable explique que le conseil d'administration local a décidé d'armer les gardiens «pour améliorer et renforcer notre sécurité».

Ces membres de l'encadrement des écoles ne porteront leur arme qu'après avoir suivi une formation au mois de mars, et les enseignants et membres de l'équipe pédagogique au contact direct des élèves ne seront pas armés, précise-t-il.

Des décisions similaires ont déjà été prises dans plusieurs autres États américains, le Washington Post citant par exemple vendredi le cas d'un comté de Pennsylvanie où des retraités de la police armés sont embauchés pour patrouiller dans les écoles.

Dans le New Jersey, toutes les écoles de la petite ville de Marlboro sont quant à elles surveillées par des policiers armés, une mesure toutefois présentée comme temporaire.

Vingt enfants ont été tués le 14 décembre dernier à Newtown, dans le Connecticut, par un jeune homme de 20 ans qui avait forcé son entrée dans l'école primaire de Sandy Hook, pourtant fermée, avec un fusil semi-automatique. Il a criblé de balles 20 enfants de 6 et 7 ans ainsi que six femmes membres de l'encadrement, avant de se suicider à l'arrivée de la police.

Cette tragédie a relancé le débat sur les armes aux États-Unis et le vice-président Joe Biden, à la tête d'un groupe de travail sur la question, doit prochainement remettre ses propositions à Barack Obama.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer