Trump en faveur des contrôles de police inopinés

« L'une des choses que je ferais, c'est les... (photo Ernst, REUTERS)

Agrandir

« L'une des choses que je ferais, c'est les fouilles inopinées. Je pense qu'il le faut. On l'a fait à New York et ça a incroyablement bien marché. Il faut être proactif », a expliqué Donald Trump.

photo Ernst, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Donald Trump était critiqué jeudi après avoir appelé à la généralisation d'une technique policière de contrôles inopinés qui a été rejetée par la justice comme discriminatoire contre les Noirs, mais le candidat tentait de corriger le tir.

Cette technique, connue sous le nom de « stop and frisk » en anglais (contrôler et fouiller), autorise les policiers à contrôler un individu dans la rue sans qu'il ait commis d'infraction, afin de le palper rapidement pour vérifier qu'il n'est pas armé. Aux États-Unis, la police doit généralement avoir un soupçon d'infraction pour interpeler un individu.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

La ville de New York était à la pointe de l'utilisation de cette technique, mais s'est retrouvée poursuivie en justice par les défenseurs des droits civiques qui ont montré que les personnes noires et hispaniques étaient démesurément ciblées. Pressé par la justice fédérale, le nouveau maire démocrate Bill de Blasio y a mis fin en 2014.

Le candidat républicain à la Maison-Blanche a été interrogé mercredi lors d'une émission sur Fox News sur ses propositions pour réduire la violence, notamment au sein de la communauté noire.

« L'une des choses que je ferais, c'est les fouilles inopinées. Je pense qu'il le faut. On l'a fait à New York et ça a incroyablement bien marché. Il faut être proactif », a-t-il expliqué.

Mais jeudi, il a affirmé qu'il ne parlait pas d'une généralisation nationale - seulement de la ville de Chicago, frappée par une recrudescence des violences par armes à feu.

« Je parlais de Chicago », a dit Donald Trump. « Quand on a 3000 personnes touchées par balle et autant de morts, c'est pire que l'Afghanistan ou des pays en guerre », a justifié le candidat. « Chicago a besoin des fouilles inopinées. Les gens peuvent me critiquer s'ils en ont envie et dire ce qu'ils veulent, mais les fouilles inopinées, avec un bon ordre public... Il faut qu'on fasse quelque chose, cela ne peut plus continuer ».

« Les policiers, sur le terrain, savent qui a une arme et qui ne devrait pas en avoir », a-t-il aussi dit.

Les démocrates et alliés de la candidate Hillary Clinton ont dénoncé l'irresponsabilité des propos du républicain.

« Donald Trump parle des fouilles inopinées comme s'il y connaissait quelque chose », a dit Bill de Blasio sur CNN. « Il n'a aucune expérience en termes de police ou de maintien de l'ordre. Il faut qu'il fasse attention, car si on réinstituait les fouilles inopinées, les tensions augmenteraient entre la police et la population ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer