Les djihadistes de l'EI ont aussi violé des femmes sunnites

Plusieurs femmes avaient réussi à fuir Hawija pour... (Photo Zohra Bensemra, archives REUTERS)

Agrandir

Plusieurs femmes avaient réussi à fuir Hawija pour se diriger vers Erbil.

Photo Zohra Bensemra, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Bagdad

Les combattants djihadistes, dont les abus contre les femmes yézidies en Irak ont été bien documentés, ont également violé et torturé des femmes musulmanes sunnites, a rapporté lundi l'organisation Human Rights Watch (HRW).

L'ONG a documenté des cas de détentions arbitraires, de mariages forcés et de viols commis par les djihadistes contre des femmes ayant tenté de fuir la ville de Hawija, toujours sous le contrôle de l'organisation État islamique (EI).

Hanan, 26 ans et dont le mari avait réussi à s'échapper, a été capturée alors qu'elle et d'autres femmes essayaient de s'échapper de la ville, indique HRW.

Les djihadistes lui ont dit que la fuite de son mari faisait d'elle une hérétique et qu'elle devait se marier avec un chef djihadiste local. Lorsqu'elle a refusé, ils lui ont bandé les yeux avant de lui asséner des coups avec des câbles en plastique et de la violer.

«Le même homme m'a violé tous les jours pendant un mois (...) devant mes enfants», a confié Hanan à l'ONG.

Pour HRW, peu de choses sont faites pour s'attaquer à la honte ressentie par ces femmes qui n'osent pas parler. «Les violences sexuelles contre les femmes sunnites vivant sous la férule de l'EI sont peu connues», regrette Lama Fakih, directrice adjointe pour le Moyen-Orient de HRW.

«Nous espérons que la communauté internationale et les autorités locales feront tout ce qu'elles peuvent pour donner aux victimes le soutien nécessaire», poursuit-elle.

L'EI, groupe ultra-radical sunnite, s'était emparé en 2014 de plusieurs pans du territoire irakien, au nord et à l'ouest de Bagdad. Ses combattants ont justifié les viols de masse contre les femmes yézidies du fait de leur appartenance à un groupe pratiquant une religion qui a emprunté certains de ses éléments au christianisme ou à l'islam.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer