L'EI produisait de l'agent moutarde à Mossoul, selon le Pentagone

Selon le Pentagone, des examens d'échantillons prélevés sur... (PHOTO Khalid Mohammed, ARCHIVES AP)

Agrandir

Selon le Pentagone, des examens d'échantillons prélevés sur place ont montré que l'EI avait utilisé des laboratoires universitaires pour produire de l'agent moutarde.

PHOTO Khalid Mohammed, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse

Des tests ont confirmé que le groupe État islamique (EI) s'était servi de laboratoires de l'université de Mossoul, en Irak, pour produire des armes chimiques à l'agent moutarde, selon le Pentagone mardi.

L'immense université aux bâtiments modernes était l'une des plus réputées d'Irak avant la prise de la ville par les djihadistes en 2014.

L'université a été reconquise le mois dernier par les forces de sécurité irakiennes, qui ont désormais sous leur contrôle toute la partie est de la ville.

Selon le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone, des examens d'échantillons prélevés sur place ont montré que l'EI avait utilisé les laboratoires universitaires pour produire de l'agent moutarde.

Cette substance poudreuse était ensuite utilisée par les jihadistes pour produire des armes rudimentaires.

La substance produite n'avait pas grand-chose à voir avec le terrifiant gaz moutarde utilisé pendant la première Guerre mondiale, a précisé le capitaine Davis.

Elle était «plus destinée à irriter la peau, comme un coup de soleil (...) qu'à être mortelle», a-t-il indiqué. «Nous n'avons aucune indication qu'elle ait réellement tué quelqu'un».

Avant l'offensive des forces irakiennes, les jihadistes ont déménagé leurs installations de production, a indiqué le porte-parole.

«Nous pensons qu'ils ont déplacé la plupart d'entre elles, et que celles-ci sont probablement en fonction quelque part ailleurs», a-t-il dit.

Les forces irakiennes sont en train de sécuriser la partie est de Mossoul, qu'elles ont reconquise après trois mots de combats avec le groupe État islamique.

Elles ont affaire à des «cellules dormantes» de l'EI ou à des jihadistes dissimulés dans des caches souterraines, a-t-il indiqué.

L'EI continue également de mener des raids sur la partie reconquise et utilise des petits drones pour larguer des grenades sur ces quartiers.

«Cela arrive en moyenne une fois par jour», a expliqué le porte-parole.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer