La «terreur» à la une du magazine de l'EI

Cette photo utilisée en une du magazine de... (PHOTO JACQUES BRINON, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Cette photo utilisée en une du magazine de l'EI a été retouchée pour effacer la femme qui se tient en retrait des secouristes.

PHOTO JACQUES BRINON, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

« Juste terreur » ou « juste la terreur ». C'est par ce double sens arrogant - Just Terror, en anglais - que le groupe armé État islamique a coiffé la une du plus récent numéro de son magazine de propagande Dabiq, consacré en partie aux attentats de Paris.

La une du magazine de propagande Dabiq... (Photo tirée de l'internet) - image 1.0

Agrandir

La une du magazine de propagande Dabiq

Photo tirée de l'internet

Lancé hier sur les réseaux sociaux, le numéro contient quelques images des attentats, provenant d'agences de presse, mais qui ont été retouchées par le magazine. 

La photo de la une, par exemple, montre des secouristes venant en aide à un blessé. Une femme, qui apparaissait à droite dans la photo originale de l'AFP, a été carrément effacée de l'image avec un logiciel de retouche. Les chaussures d'une des femmes victimes de l'attentat, en bas à gauche, ont aussi été floutées.  

Selon nos vérifications, Dabiq n'a jamais publié de photo montrant une femme, même voilée, dans l'un ou l'autre des onze numéros précédents du magazine voué à la promotion du « lifestyle » djihadiste.

Canette explosive

Dabiq a aussi publié une image de ce qui serait la bombe artisanale utilisée par l'EI pour abattre l'avion de Metrojet qui s'est écrasé dans le désert du Sinaï. Le dispositif aurait été dissimulé dans une simple canette de boisson gazeuse.

« On ne voit que trois éléments : la canette, une charge explosive et un commutateur. Il n'y a pas de minuterie ou de dispositif de déclenchement à distance. Ça laisse croire, si l'image est véridique, qu'ils ont utilisé un kamikaze pour commettre l'attentat », note le Canadien Yannick Veilleux-Lepage, spécialiste de la propagande terroriste à l'Université St. Andrews, en Écosse. 

« C'est quand même assez impressionnant, la vitesse avec laquelle ils ont pu sortir leur magazine », affirme de son côté le chercheur Benjamin Ducol, de la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme. Par le passé, Al-Qaïda a publié des magazines semblables, mais chaque fois qu'ils étaient frappés durement par des drones, par exemple, le magazine avait tendance à cesser d'être publié à fréquence régulière », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer