L'EI diffuse une vidéo montrant une exécution de masse à Palmyre

La vidéo d'une dizaine de minutes, diffusée par... (PHOTO SANA / ARCHIVES AP)

Agrandir

La vidéo d'une dizaine de minutes, diffusée par l'antenne de l'EI de la province de Homs, montre une exécution qui se serait déroulée peu après la prise de la ville de Palmyre par les djihadistes, le 21 mai dernier.

PHOTO SANA / ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Le groupe extrémiste sunnite État islamique (EI) a diffusé samedi une vidéo montrant 25 soldats du régime syrien exécutés par des adolescents dans l'amphithéâtre de la cité antique de Palmyre.

La vidéo d'une dizaine de minutes, diffusée par l'antenne de l'EI de la province de Homs, montre une exécution qui se serait déroulée peu après la prise le 21 mai par les djihadistes de la ville de Palmyre (centre), qui abrite des ruines antiques mondialement connues et classées par l'UNESCO au patrimoine mondial de l'humanité.

On y voit 25 soldats en uniforme vert et brun être tués à bout portant dans le théâtre devant un immense drapeau noir et blanc du groupe suspendus aux ruines. Les auteurs de l'exécution, habillés en tenue de camouflage, semblent être des adolescents, dont certains très jeunes.

Plusieurs dizaines d'hommes, accompagnés de quelques enfants, assistent à la scène, assis dans les gradins de l'amphithéâtre, selon la vidéo.

Avant l'exécution, un jeune djihadiste accuse les soldats d'être des «Nossaris», un terme péjoratif donné aux alaouites, la communauté dont est issu le président Bachar al-Assad.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait fait état le 27 mai de l'exécution d'une vingtaine de combattants du régime dans le théâtre romain.

«Utiliser les ruines romaines pour tuer des civils prouve que l'EI méprise l'humanité», avait alors réagi le directeur des Antiquités syriennes Maamoun Abdulkarim, interrogé par l'AFP.

L'EI a diffusé de multiples vidéos d'exécution par des méthodes barbares depuis que ce groupe ultra-radical a pris le contrôle de larges pans de territoire en Syrie et en Irak, où il a proclamé un «califat». Ces vidéos insoutenables sont devenues sa principale arme de propagande.

Le 23 juin, une vidéo montrait ainsi l'exécution particulièrement cruelle de 16 hommes présentés comme des «espions», dont certains meurent noyés dans une cage plongée dans une piscine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer