Un raid américain qui révèle un peu plus l'EI

Les données montrent par exemple que le chef... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Les données montrent par exemple que le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi (ci-dessus) réunit régulièrement ses «émirs» dans son quartier général de Raqqa en Syrie.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Le récent raid militaire américain contre un chef du groupe armé État islamique en Syrie a permis au renseignement américain de glaner des informations précieuses sur la structure encore mal connue du groupe extrémiste, selon le New York Times.

Les ordinateurs, téléphones portables et documents saisis dans la maison d'Abou Sayyaf le 16 mai à Al-Omar ont permis de saisir de 4 à 7 téraoctets de données, selon un responsable américain du renseignement cité par le quotidien.

Les données montrent par exemple que le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi réunit régulièrement ses «émirs» (chefs régionaux) dans son quartier général de Raqqa en Syrie. Des chauffeurs viennent les chercher, leur demandant de remettre leur téléphone ou autres appareils électroniques, pour éviter tout pistage par les services américains, selon le quotidien new-yorkais lundi.

Les épouses jouent un rôle important, y compris dans l'entourage de Baghdadi, pour transmettre les informations dans le groupe, poursuit-il.

Les informations récoltées lors de l'opération au sol, la première contre un dirigeant de l'organisation ultra-radicale, ont permis de mener un bombardement deux semaines après contre un autre responsable de l'EI à Hasakah en Syrie. Il s'agit d'Abou Hamid, émir responsable de la charia et des affaires tribales. Les Américains pensent avoir tué Abou Hamid, mais l'EI ne l'a pas confirmé.

Les documents montrent aussi que l'EI peut utiliser la moitié de ses revenus pétroliers pour financer son budget général. L'autre moitié sert à financer l'exploitation pétrolière, se répartissant à peu près équitablement entre salaires des employés et dépenses liées au matériel.

Le fait que les travailleurs dans le secteur du pétrole soient des salariés du groupe armé État islamique en font des cibles légitimes pour les Américains, estiment au passage les responsables cités dans l'article.

Le récent raid militaire américain contre un chef du... (IMAGE ISIS STUDY GROUP) - image 2.0

Agrandir

IMAGE ISIS STUDY GROUP

Les documents font sortir également un peu plus de l'ombre Fadel al-Hiyali, considéré comme le chef du conseil militaire de l'EI, et qui joue un rôle «encore plus important qu'estimé auparavant» dans l'organisation. Fadel al-Hiyali est un ancien lieutenant colonel des renseignements militaires de Saddam Hussein.

Abou Sayyaf, décrit comme le responsable financier de l'EI par le renseignement américain, a été tué dans l'opération contre lui, menée par les commandos Delta, unité des forces spéciales de l'armée de terre américaine.

Sa femme Umm Sayyaf a été capturée et se trouve en détention.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer