Zimmerman n'est «pas hanté» par la mort de Trayvon Martin

Sur CNN, George Zimmerman a aussi expliqué qu'il... (IMAGE TIRÉE DE CNN.COM)

Agrandir

Sur CNN, George Zimmerman a aussi expliqué qu'il se voyait en victime et bouc émissaire, dans l'affaire Trayvon Martin.

IMAGE TIRÉE DE CNN.COM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Trayvon Martin

International

L'affaire Trayvon Martin

Le meurtre du jeune Noir Trayvon Martin, tué par balle par un patrouilleur-citoyen en Floride, a suscité un intense débat aux États-Unis. Le tireur George Zimmerman, plaidant la légitime défense, a dans un premier temps échappé à toute accusation avant que l'indignation de la population, les multiples manifestations et l'attention médiatique soulevée par l'affaire ne poussent la justice américaine à accuser Zimmerman de meurtre non prémédité. »

Agence France-Presse
Washington

George Zimmerman, l'homme acquitté l'été dernier du meurtre du jeune Noir Trayvon Martin en Floride, a confié dans une interview diffusée lundi qu'il n'était pas hanté par l'altercation mortelle.

Sur la chaîne CNN, il a aussi expliqué qu'il se voyait en victime et bouc émissaire, et que le seul juge qu'il reconnaissait était Dieu.

George Zimmerman a reconnu avoir tué Trayvon Martin, alors âgé de 17 ans, en février 2012 en Floride, mais a expliqué durant son procès avoir agi en état de légitime défense, à l'issue d'une lutte entre les deux hommes.





L'affaire avait déclenché une controverse nationale sur la justice et le racisme, faisant réagir jusqu'au président Barack Obama, car les autorités locales de Floride avaient dans un premier temps décidé de ne pas interpeller George Zimmerman.

Interrogé sur la victime, Trayvon Martin, George Zimmerman a répondu : «Non, moi j'étais une victime quand on m'a frappé la tête contre le trottoir et qu'on m'a cassé le nez et battu. Je ne dirais pas que je ne suis pas une victime».

Selon lui, l'affaire l'a transformé en «bouc émissaire» du gouvernement américain, du président et du ministre de la Justice.

Mais sa foi en Dieu l'a empêché de céder face aux doutes.

«Je sais qu'au final, Il est le seul juge à qui je doive rendre des comptes. Je sais ce qu'il s'est passé, Il sait ce qu'il s'est passé. C'est entre ses mains», a-t-il dit.

George Zimmerman a également expliqué qu'il souhaitait devenir avocat, et qu'il recevait des menaces de mort.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer