Au moins 34 civils tués dans des raids russes en Syrie

La province de Deir Ezzor est la dernière... (PHOTO AFP)

Agrandir

La province de Deir Ezzor est la dernière province de Syrie encore largement contrôlée par le groupe djihadiste État islamique (EI).

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Au moins 34 civils dont des enfants ont été tués dimanche dans des raids de l'aviation russe qui appuie le régime syrien dans sa bataille pour chasser les djihadistes de la ville de Deir Ezzor, dans l'est du pays en guerre, selon une ONG.

Grâce au soutien aérien de la Russie, les forces progouvernementales ont réussi à reprendre des zones montagneuses clés à la périphérie de Deir Ezzor, et les combats se poursuivent au sud-ouest de la cité, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Alliée indéfectible du régime de Bachar al-Assad, la Russie est intervenue militairement dans le conflit en septembre 2015 pour aider les forces prorégime alors en difficulté face aux rebelles et aux djihadistes. Depuis, le pouvoir a remporté de nombreuses victoires.

La province de Deir Ezzor, dont le chef-lieu porte le même nom, est la dernière province de Syrie encore largement contrôlée par le groupe djihadiste État islamique (EI).

Une perte de cette région porterait un coup très dur à l'organisation ultraradicale qui a vu son pouvoir se rétrécir comme peau de chagrin tant en Syrie qu'en Irak voisin.

Les civils continuent de payer un lourd tribut dans cette guerre. Dimanche, au moins 34 d'entre eux, dont neuf enfants, ont été tués dans des raids visant des ferrys reliant les deux rives du fleuve Euphrate, dans la localité d'Al-Boulil, au sud-est de la ville de Deir Ezzor, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L'OSDH, qui s'appuie sur un vaste réseau de sources et de militants dans le pays, a affirmé que des avions russes avaient mené ces raids.

Fuite à bord de ferrys 

«Le bilan pourrait s'alourdir, des dizaines de personnes ayant été blessées et d'autres sont portées disparues», a-t-il, précisant que les ferrys transportaient des civils fuyant «les frappes intenses» contre les positions djihadistes, sur la rive ouest.

Depuis son intervention en Syrie, la Russie a été plusieurs fois accusée d'avoir fait des victimes civiles dans ses frappes, mais elle a démenti, assurant qu'elle ciblait les «terroristes», allusion aux djihadistes.

Les forces prorégime contrôlent deux enclaves dans la ville de Deir Ezzor et le reste de la cité est aux mains des djihadistes.

Ces derniers jours, elles ont réussi à progresser dans la bataille pour la reprise totale de la cité. Elles ont brisé le siège imposé depuis près de trois ans aux deux enclaves, mettant fin notamment à l'encerclement d'un aéroport militaire au sud de la ville.

Dimanche, elles ont chassé l'EI du mont Thourda, à l'ouest de l'aéroport, et d'une zone montagneuse adjacente, qui domine la ville, selon l'OSDH.

Cette avancée leur permet  de mieux sécuriser l'aéroport, mais également de viser à l'artillerie les quartiers encore aux mains de l'EI dans le sud, a précisé M. Abdel Rahmane.

Le régime syrien a par ailleurs repris le contrôle total d'une autoroute de 450 km reliant Damas à Deir Ezzor, pour la première fois depuis quatre ans, a indiqué le Hezbollah libanais qui combat lui aussi au côté du régime syrien. 

Progression parallèle des FDS

Déclenché en 2011 par la répression de manifestations pacifiques pro-réformes, le conflit en Syrie s'est complexifié avec l'implication de pays et milices étrangers et de groupes djihadistes sur un territoire de plus en plus morcelé.

Une situation illustrée par une offensive distincte lancée contre l'EI par une coalition de combattants arabes et kurdes soutenue par Washington.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé samedi leur offensive pour chasser l'EI de l'est de la province de Deir Ezzor. Leur objectif: conquérir la rive est du fleuve Euphrate, qui coupe en diagonale la province, dont le chef-lieu est situé sur la rive ouest.

Mais dimanche, les FDS n'étaient plus qu'à quelques kilomètres de la ville de Deir Ezzor, selon l'OSDH. Leur avancée rapide s'explique par le fait que «l'est de la province est une région désertique et peu peuplée».

Les FDS, soutenues par la coalition internationale commandée par les États-Unis, ont assuré samedi qu'il n'y avait aucune coordination avec le régime ou la Russie dans la bataille.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer