L'Iran dénonce un acte «étranger à l'islam»

L'Iran a dénoncé mercredi l'attentat contre le magazine satirique français... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
Téhéran

L'Iran a dénoncé mercredi l'attentat contre le magazine satirique français Charlie Hebdo qui a fait 12 morts, estimant que «tout acte terroriste contre des innocents est étranger à la pensée et aux enseignements de l'islam».

Ces actes sont «la continuité d'une vague de radicalisme et d'une violence physique et mentale sans précédent» qui «se sont répandues dans le monde ces dix dernières années», a déclaré la porte-parole de la diplomatie iranienne, Marzieh Afkham, citée par l'agence officielle Irna.

Mais elle a souligné que ces actes étaient aussi provoqués «par les mauvaises politiques et les deux poids-deux mesures face à la violences et à l'extrémisme».

L'Iran dénonce régulièrement la façon dont les médias occidentaux rendent compte des violences commises contre les Palestiniens par Israël, pays que Téhéran ne reconnaît pas. La République islamique, alliée du régime syrien de Bachar al-Assad, accuse également certains pays arabes et occidentaux de soutenir financièrement et militairement l'opposition armée en Syrie, qu'elle considère dans son ensemble comme des «terroristes».

La porte-parole a également rappelé l'affaire des caricatures de Mahomet parues dans plusieurs journaux européens dont Charlie Hebdo en 2005-2006, qui avait provoqué des manifestations de colère à Téhéran où plusieurs ambassades des pays concernés avaient été attaquées.

«Se servir de la liberté d'expression et des idées radicales (...) et humilier les religions divines ainsi que leurs valeurs et leurs symboles est inacceptable», a-t-elle estimé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer