En une semaine, 3000 migrants ramenés en Libye

Douze opérations distinctes avaient été effectuées au large... (ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Douze opérations distinctes avaient été effectuées au large des côtes ouest de la Libye cette semaine.

ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise migratoire

International

Crise migratoire

Pour tout savoir sur la crise migratoire sans précédent qui perturbe l'Europe. »

Agence France-Presse
Tripoli

Plus de 3000 migrants ont été ramenés à terre par les gardes-côtes libyens en une semaine, tandis qu'environ 2000 autres ont débarqué en Italie, selon un bilan établi dimanche à partir de plusieurs sources officielles et un média italien.

Ces chiffres indiquent que la route migratoire entre la Libye et l'Italie, le pays européen le plus proche, n'est donc pas totalement fermée malgré la chute spectaculaire du flux des migrants entre ces deux pays.

L'Italie a enregistré 6500 arrivées depuis la mi-juillet, soit à peine 15% de la moyenne enregistrée sur cette période entre 2014 et 2016.

«L'expérience italienne de ces derniers mois montre ce qui peut être fait : il y a moins d'arrivées et aussi moins de morts en mer», s'est encore félicité dimanche le chef du gouvernement italien Paolo Gentiloni.

Toutefois, quelque 2000 migrants ont été récupérés au large des côtes libyennes depuis mercredi et accompagnés dans des ports siciliens par des bateaux militaires et des navires d'ONG internationales, selon plusieurs sources militaires et médiatiques.

Un navire militaire irlandais, le William Butler Yeats, a ainsi débarqué dimanche dans le port d'Augusta quelque 550 migrants mais aussi trois cadavres (deux femmes et, selon la Croix-Rouge, un petit Camerounais de trois ans). Ces personnes dérivaient vendredi au large des côtes libyennes sur plusieurs canots pneumatiques. Certaines étaient dans l'eau en situation d'urgence, précise le service naval irlandais sur sa page Facebook.

Un navire militaire italien, le Zeffiro, a pour sa part ramené dimanche à Messine 135 migrants venant de sept pays africains, dont le Maroc.

Un navire de l'ONG SOS Méditerranée avait déjà débarqué samedi dans le port de Trapani 371 personnes secourues la veille. Et selon le site de l'armée allemande, l'un de ses navires a été appelé pour sauver mercredi 134 personnes.

Enfin, le journal italien La Stampa a évoqué dimanche l'arrivée en Sicile de 589 migrants sur un navire de l'ONG britannique Save the Children, qui n'était pas joignable dimanche pour confirmer. Le quotidien a évoqué, de plus, le débarquement sur l'île de Lampedusa et dans un port de Sicile de quelque 200 migrants sur des petites embarcations.

Les gardes-côtes italiens, qui coordonnent les secours, n'ont pas confirmé le nombre exact de migrants arrivés en Italie ces derniers jours.

En Libye, un responsable de la marine a précisé dimanche que douze opérations distinctes avaient été effectuées au large des côtes ouest du pays en une semaine. Il s'agit du chiffre le plus élevé annoncé par les autorités libyennes depuis la mi-juillet.

Entre lundi et vendredi, «les gardes-côtes libyens ont pu secourir 2082 migrants clandestins de différentes nationalités», dans neuf opérations de sauvetage, a indiqué le général Ayoub Kacem, porte-parole de la marine, ajoutant qu'une femme avait été retrouvée morte parmi les rescapés. Selon le responsable libyen, 1047 autres migrants ont été secourus samedi dans trois opérations distinctes.

Les migrants secourus ou interceptés sont conduits dans des centres de rétention où ils sont détenus dans des conditions épouvantables. Ils sont par la suite rapatriés avec l'aide de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ou lâchés dans la nature où ils sont rackettés ou exploités par des groupes armés.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer