Kim Jong-un appelle l'armée nord-coréenne à se préparer au combat

Dans un discours «historique» devant la Commission militaire... (PHOTO REUTERS/KCNA)

Agrandir

Dans un discours «historique» devant la Commission militaire centrale (CMC) du parti unique, Kim a demandé à l'état-major de l'Armée populaire coréenne (APC) de «se préparer à réagir à toute forme de guerre déclarée par l'ennemi», ont indiqué lundi les médias officiels nord-coréens.

PHOTO REUTERS/KCNA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SÉOUL

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un a ordonné à l'armée de se préparer au combat à l'approche de manoeuvres militaires annuelles menées conjointement par les forces américaines et sud-coréennes.

Dans un discours «historique» devant la Commission militaire centrale (CMC) du parti unique, Kim a demandé à l'état-major de l'Armée populaire coréenne (APC) de «se préparer à réagir à toute forme de guerre déclarée par l'ennemi», ont indiqué lundi les médias officiels nord-coréens.

La réunion de la commission fait suite à la tenue la semaine dernière d'un exercice militaire - supervisé par Kim - simulant l'attaque d'une île sud-coréenne en mer Jaune.

L'exercice nord-coréen impliquant des unités d'artillerie s'est déroulé sur les îles de Mu et de Jangjae, un «important point chaud» proche de la frontière avec la Corée du Sud, a indiqué l'agence officielle de Pyongyang Korean Central News Agency (KCNA).

À cette occasion, Kim Jong-un a appelé l'armée à intensifier ses entraînements pour «amener la confrontation anti-américaine à sa conclusion en écrasant rapidement l'ennemi si jamais il s'attaquait à la Corée du Nord», selon KCNA.

L'unité militaire de Mu avait bombardé en 2010 l'île sud-coréenne de Yeonpyeong, en réponse à un exercice militaire de Séoul près de la frontière maritime disputée, causant la mort de quatre Sud-Coréens.

Comme chaque année, la tension monte avant les manoeuvres militaires américano-sud-coréennes, dites «Key Resolve» et «Foal Eagle», qui doivent débuter début mars.

Aucun armistice n'a été signé à la fin de la guerre de Corée et techniquement, les deux États sont en guerre.

La Corée du Nord a lancé une série d'exercices militaires en novembre, et depuis, son leader a inspecté dix unités militaires différentes, selon le ministère de la Défense sud-coréen.

Devant la CMC dont il est le président, Kim a estimé que la défense nationale devait prendre «un tournant radical» et appelé à la simplification de la «machine» militaire nord-coréenne qu'il a accusée de «déviations» ces derniers mois, a rapporté KCNA sans précision.

«Une ligne stratégique doit toujours être respectée», a-t-il simplement dit.

Le gouvernement sud-coréen s'est dit «très attentif» aux déclarations de Kim. Il est toutefois «toujours difficile de prédire l'orientation de la politique (stratégique) de la Corée du Nord», a rappelé le porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification, Lim Byeong-cheol.

La Corée du Nord a proposé de suspendre tout nouvel essai nucléaire si les États-Unis annulent l'édition 2015 des exercices conjoints, ce que Washington et Séoul ont refusé.

Le ministère de l'Unification a invité Pyongyang à accepter sans provocation «ces exercices défensifs, menés annuellement de façon transparente».

Les États-Unis déploient en permanence en Corée du Sud près de 30 000 militaires et prendraient le commandement d'une force conjointe en cas de conflit avec la Corée du Nord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer