Naufrage aux Philippines: les secours espèrent un miracle

Le nombre des disparus a été revu en... (PHOTO Bullit Marquez, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Le nombre des disparus a été revu en nette baisse dimanche matin, de 170 à 85.

PHOTO Bullit Marquez, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cebu

Les secouristes aux Philippines poursuivaient leurs opérations dimanche matin dans une mer agitée pour retrouver les 85 personnes portées disparues après le naufrage d'un traversier au centre de l'archipel, estimant qu'un miracle était toujours possible.

Le dernier bilan fait état de 38 morts. Le traversier St Thomas Aquinas, qui transportait 830 passagers et membres d'équipage, a coulé dans la nuit de vendredi à samedi dans le port de Cebu, après une collision avec un cargo.

Le nombre des disparus a été revu en nette baisse dimanche matin, de 170 à 85, après un décompte plus exact des personnes secourues vendredi soir et samedi. Aucun survivant n'a toutefois été retrouvé dimanche.

Les secours, interrompus samedi après-midi en raison d'une tempête, ont repris dimanche à l'aube, malgré des vents violents et une mer agitée.

Ces conditions météorologiques ont empêché les plongeurs d'atteindre la coque du bateau - qui repose par 30 mètres de fond -, où plusieurs des personnes disparues pourraient se trouver, a indiqué un porte-parole de la Marine, Gregory Fabic.

«Il est possible qu'il y ait des survivants dans des poches d'air, dans les cabines», a déclaré le porte-parole à l'AFP, ajoutant qu'on pouvait survivre jusqu'à 72 heures dans de telles conditions. «On peut encore espérer qu'il y a des survivants».

«Nous gardons l'espoir, mais nous devons aussi regarder la réalité en face et savoir que les chances de survie sont minces», a déclaré à la presse Neil Sanchez, chef du Bureau de gestion des catastrophes pour la province, depuis la salle de commande des secours dans le port de Cebu.

Par ailleurs, une nappe de pétrole s'échappe de la coque accidentée et s'étale sur une longueur de 5 kilomètres, atteignant les villages côtiers, les zones de pêche et les mangroves.

La collision a eu lieu par mer calme, de nuit, à une distance de deux à trois kilomètres du port de Cebu, deuxième ville des Philippines. Le traversier, qui transportait également des véhicules, a coulé en quelques minutes. Le cargo, le Sulpicio Express 7, est, lui, resté à flots.

L'Autorité maritime du pays a indiqué que les deux navires avaient passé avec succès les contrôles de sécurité, laissant entendre qu'une erreur humaine était la cause de l'accident.

Les traversiers sont l'un des principaux moyens de transport dans l'archipel des Philippines, qui compte plus de 7100 îles, et sont le moyen de transport privilégié par les millions de personnes trop pauvres pour voyager par avion.

Mais les accidents maritimes sont fréquents, le plus souvent dus à des normes de sécurité peu strictes, des contrôles laxistes et des navires surchargés.

C'est aux Philippines qu'a eu lieu la plus grave catastrophe maritime jamais survenue en temps de paix, au large de Manille en décembre 1987: un traversier chargé de passagers était entré en collision avec un petit pétrolier. Plus de 4300 personnes avaient alors péri.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer