Karl Rove et les «dommages cérébraux» d'Hillary Clinton

Selon Karl Rove, les électeurs sont en droit... (PHOTO ALEX WONG, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Selon Karl Rove, les électeurs sont en droit de savoir ce qui est arrivé à Mme Clinton lors de sa chute en 2012, dans le cas où elle se porterait candidate à la Maison-Blanche.

PHOTO ALEX WONG, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

L'ex-éminence grise du président W. Bush, Karl Rove, a fait une sortie très remarquée lors d'une conférence en banlieue de Los Angeles à laquelle il participait jeudi dernier où il a laissé entendre qu'Hillary Clinton, pressentie pour briguer la présidence en 2016, pouvait avoir des «dommages cérébraux», séquelles d'un malaise que l'ex-secrétaire d'État avait eu en décembre 2012.

Selon l'ancien stratège républicain, aujourd'hui converti à l'analyse politique (Fox News, Newsweek, The Wall Street Journal), les électeurs sont en droit de savoir ce qui est arrivé à Mme Clinton lors de sa chute en 2012, dans le cas où elle se porterait candidate à la Maison-Blanche.

«Trente jours à l'hôpital? Et quand elle réapparaît, elle porte des lunettes qui sont seulement pour les personnes qui ont eu un traumatisme cérébral? Nous devons savoir qu'est-ce qu'il en est.», a avancé Rove.

En réalité, l'ex-première dame a obtenu son congé de l'Hôpital presbytérien de New York trois jours après son admission pour soigner un thrombus qui aurait pu avoir des conséquences fatales

À lire sur pagesix.com




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer