Florence Cassez, libre ne veut pas dire innocente

Florence Cassez a été accueillie en véritable héroïne... (PHOTO GONZALO FUENTES, REUTERS)

Agrandir

Florence Cassez a été accueillie en véritable héroïne à son retour en sol français. Au Mexique plusieurs se questionnent toujours sur la responsabilité de la Française dans la série d'enlèvements dont elle était accusée.

PHOTO GONZALO FUENTES, REUTERS

Partager

Sur le même thème

La Presse

«Elle part libre mais pas innocente», écrivait le quotidien de Mexico El Universal, dans son édition du 24 janvier. Milenio, journal de Monterrey, publiait quant à lui une tribune intitulée «La kidnappeuse devenue héroïne». Au lendemain de la libération de Florence Cassez, suite à une décision de la Cour suprême invalidant la peine de 60 ans de prison à laquelle la Française avait été condamnée, un constat semblait faire consensus dans les médias mexicains. Florence Cassez a été libérée mais pas innocentée.

Si plusieurs ont salué la décision de la Cour suprême comme étant une avancée pour la justice, ils sont tout aussi nombreux à souligner que la Française de 38 ans doit sa libération - après sept années passées dans une geôle mexicaine - aux irrégularités qui ont ponctué son procès et aux violations de ses droits fondamentaux lors de son arrestation, et non à la démonstration de son innocence.

À lire sur courrierinternational.com

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer