Ebola en RDC: des anthropologues pour faciliter la vaccination

C'est la neuvième fois que la maladie à... (Photo Junior Kannah, Agence France-Presse)

Agrandir

C'est la neuvième fois que la maladie à virus Ebola sévit sur le sol congolais depuis 1976. La dernière épidémie en RDC remonte à 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement quatre morts.

Photo Junior Kannah, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Genève

Les autorités sanitaires africaines ont annoncé mardi qu'elles se préparaient à envoyer des anthropologues en République démocratique du Congo pour faciliter la campagne de vaccination contre Ebola.

«Si nous ne gérons pas convenablement notre communication, le programme de vaccination pourrait en souffrir,» a déclaré à la presse à Genève John Nkengasong, chef du Centre africain de contrôle des maladies (CDC Africa).

«Nous étudions comment dans les deux semaines à venir nous allons envoyer des anthropologues pour soutenir les efforts de vaccination».

Le gouvernement de RDCongo a commencé lundi a utiliser des vaccins expérimentaux afin de limiter l'épidémie qui a déjà tué 27 personnes.

Le bilan de l'épidémie d'Ebola dans le nord-ouest de la RDC est de 51 cas confirmés ou suspects depuis le déclenchement de l'épidémie le 8 mai.

«Nous sommes toujours très préoccupés,» a poursuivi M. Nkengasong.

Africa CDC a l'intention de déployer 25 épidémiologistes dans les zones affectées par la fièvre hémorragique afin d'aider l'Organisation mondiale de la santé, Médecins sans frontières et d'autres organisations qui luttent contre la maladie.

Selon lui, le Centre chinois de contrôle des maladies (CDC China) a déclaré qu'il enverrait cinq personnes et le CDC américain a indiqué qu'il était prêt à envoyer aussi du personnel en RDC.

M. Nkengasong a reconnu qu'il n'était pas évident que les populations suivent les instructions qui leur ont été données sur les moyens de se protéger d'Ebola.

«Nous avons affaire au comportement humain, c'est pourquoi nous pensons qu'il est très important d'avoir des anthropologues associés à la réponse du CDC Afrique», a expliqué M.Nkengasong.

L'épidémie a commencé en zone rurale à Bikoro (nord-ouest). Jeudi dernier, pour la première fois, l'épidémie a touché une zone urbaine, à Mbandaka, ville de 1,2 million d'habitants, située sur le fleuve Congo, qui est utilisée pour le transport fluvial de personnes se rendant à Brazzaville, Kinshasa et Bangui.

C'est la neuvième fois que la maladie à virus Ebola sévit sur le sol congolais depuis 1976. La dernière épidémie en RDC remonte à 2017. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement quatre morts.

L'épidémie d'Ebola la plus violente de l'Histoire a frappé l'Afrique de l'Ouest entre fin 2013 et 2016, causant plus de 11 300 morts sur quelque 29 000 cas recensés, à plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. L'OMS avait alors été vivement critiquée pour la lenteur de sa réaction.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer