Égypte: six personnes arrêtées pour avoir brandi un drapeau arc-en-ciel

L'affaire du drapeau arc-en-ciel brandi lors du concert... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L'affaire du drapeau arc-en-ciel brandi lors du concert de Mashrou'Leila a provoqué une vive polémique ces derniers jours à travers les médias et sur les réseaux sociaux.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Le Caire

Au moins six personnes ont été arrêtées en Égypte après avoir brandi un drapeau arc-en-ciel symbole mondial de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) lors d'un concert au Caire, a-t-on appris mardi de sources sécuritaires et judiciaires.

Elles sont accusées «d'indécence publique» et «d'incitation des jeunes à l'immoralité», selon les mêmes sources.

Le parquet national égyptien pour la sécurité de l'État mène l'enquête sur les faits qui ont eu lieu vendredi, lors du concert du célèbre groupe libanais Mashrou'Leila, très engagés dans la défense des personnes LGBT, selon une source judiciaire.

Parallèlement, un tribunal du Caire a condamné mardi à six ans d'emprisonnement un jeune étudiant pour «pratique de la débauche», ont indiqué des sources judiciaires.

Les autorités ont assuré qu'il avait assisté au concert de Mashrou'Leila précisant toutefois que ceci n'avait pas de lien direct avec la condamnation.

Si la législation n'interdit pas l'homosexualité en Égypte, les hommes gais sont parfois arrêtés pour «incitation à la débauche» ou encore «mépris de la religion».

En 2001, l'affaire dite du «Queen Boat» avait défrayé la chronique quand 52 personnes avaient été arrêtées par la police dans un club gai.

Plus récemment, en avril 2016, 11 hommes avaient été condamnés à des peines allant jusqu'à 12 ans d'emprisonnement pour «incitation à la débauche», provoquant une vague d'indignation internationale.

La police égyptienne n'hésite pas à utiliser l'application de rencontres gaies Grindr pour traquer les homosexuels.

L'affaire du drapeau arc-en-ciel brandi lors du concert de Mashrou'Leila a provoqué une vive polémique ces derniers jours à travers les médias et sur les réseaux sociaux, entre les conservateurs et les défenseurs des libertés individuelles.

Groupe arabophone de rock alternatif très connu le monde, Mashrou'Leila ne sera pas autorisé à se produire de nouveau en Égypte, a annoncé le très conservateur Syndicat des musiciens égyptiens.

Hamed Sino, leader du groupe libanais et ouvertement gai, est connu pour son engagement en faveur de la communauté LGBT.

En juin, la Jordanie avait interdit à Mashrou'Leila de donner leur concert qui était prévu dans la capitale Amman à la suite de protestations de parlementaires conservateurs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer