Crise au Burundi: la visite à Québec d'un conseiller du président dérange

Willy Nyamitwe (à droite), conseiller en communication du... (Photo tirée du compte Twitter de Willy Nyamitwe)

Agrandir

Willy Nyamitwe (à droite), conseiller en communication du président du Burundi, a publié sur Twitter cette photo de lui en compagnie du militant belge d'extrême droite Luc Michel, à Bujumbura, capitale burundaise, le 7 mai dernier.

Photo tirée du compte Twitter de Willy Nyamitwe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La venue à Québec d'un proche conseiller du président du Burundi indispose le gouvernement canadien et provoque des remous au sein de la diaspora burundaise. Ottawa s'est montré critique au cours des derniers mois envers le régime burundais, qu'il a accusé « d'opprimer sa propre population ».

Le Burundi est plongé dans le chaos depuis... (Photo Archives Agence France-Presse) - image 1.0

Agrandir

Le Burundi est plongé dans le chaos depuis que le président Pierre Nkurunziza a brigué et obtenu l’an dernier un troisième mandat que plusieurs jugent inconstitutionnel

Photo Archives Agence France-Presse

Le 1er juillet dernier, le président Pierre Nkurunziza... (Photo Agence France-Presse) - image 1.1

Agrandir

Le 1er juillet dernier, le président Pierre Nkurunziza a participé aux célébrations du jour de l’Indépendance dans la capitale burundaise.

Photo Agence France-Presse

Willy Nyamitwe, porte-parole et conseiller en communication du président du Burundi, doit participer demain à Québec à une « conférence-débat » sur la situation qui prévaut dans ce petit pays d'Afrique de l'Est déchiré par une violente crise sociale et politique depuis maintenant 15 mois.

L'événement, intitulé « Les vrais enjeux de la crise au Burundi », est organisé par « la diaspora burundaise en collaboration avec l'ambassade du Burundi au Canada », explique l'invitation.

« Le Canada n'a pas été officiellement informé des participants à cette conférence », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion, dans une déclaration écrite transmise à La Presse par son bureau.

« Toute tentative des autorités [burundaises] de déplacer le débat au Canada représenterait une distraction regrettable, inutile et inopportune », a ajouté le ministre Dion, rappelant que « le Canada a clairement appelé à un dialogue constructif, ouvert et inclusif entre les parties prenantes au conflit au Burundi, sous la médiation internationale proposée par les pays de la région ».

«Toutes les énergies politiques burundaises doivent se consacrer à ce dialogue pour un retour urgent de la paix et du respect des droits de la personne au Burundi.»

Stéphane Dion,
ministre des Affaires étrangères du Canada

Le Canada s'est montré critique à l'endroit du régime burundais depuis le début de la crise, en avril 2015, après la décision controversée du président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat.

Le ministre Dion affirmait notamment en décembre dernier que le gouvernement burundais était « sous observation » et qu'il devait « cesser d'opprimer sa propre population ».

Joint par La Presse à son arrivée à Montréal, hier soir, Willy Nyamitwe a répliqué que « ce n'est pas le dialogue burundais qui est déplacé au Canada », estimant plutôt qu'il « y a un besoin de pouvoir expliquer, de pouvoir donner une autre version des faits » sur ce qui se passe au Burundi, puisque les informations rapportées par les médias, notamment canadiens, « souvent, ne sont pas conformes à la réalité du terrain ».

Assurant que Bujumbura a bel et bien informé Ottawa de sa venue et qu'un visa lui a d'ailleurs été délivré, M. Nyamitwe a réfuté que la conférence ne présenterait que le point du vue du gouvernement burundais, se disant « ouvert au débat contradictoire » et assurant que tous « auront droit de parole ».

DIASPORA DIVISÉE

La venue du porte-voix du régime burundais crée aussi des remous au sein de la diaspora burundaise établie au Canada, dont une partie est aux abois.

L'Alliance des Burundais du Canada (ABC) déplore la tenue de cette conférence, qu'elle considère comme « une séance de désinformation du gouvernement du Burundi », a indiqué à La Presse Charles Makaza, porte-parole du regroupement.

L'ABC dénonce le déséquilibre des points de vue qui seront représentés lors de cet événement, qui se tiendra dans un édifice municipal de l'arrondissement des Rivières, à Québec.

«Cette conférence vient légitimer un gouvernement qu'on estime illégitime, un gouvernement qui commet des exactions reconnues par tous les organismes des droits de l'homme.»

Charles Makaza,
porte-parole de l'Alliance des Burundais du Canada

Outre Willy Nyamitwe, les organisateurs ont invité le militant belge d'extrême droite Luc Michel, qui aurait été embauché comme conseiller politique du président burundais, rapportait en mai dernier l'agence de presse belge Belga, ce qu'a nié le porte-parole du président.

Contacté par La Presse, ce dernier n'avait pas répondu au moment de publier ces lignes.

Un membre de la communauté burundaise du Canada ainsi que le professeur à la faculté de droit de l'Université de Montréal Amissi Manirabona compléteront le panel.

Ce dernier a reconnu « des dérapages » du pouvoir burundais, estimant cependant que les organisations de défense des droits de l'homme qui dénoncent des exactions « exagèrent » et accusant l'opposition de recourir à la violence.

Le président de la communauté burundaise de Québec, qui est l'un des coorganisateurs de la conférence, rejette les accusations de partialité, affirmant plutôt que l'événement est « neutre ».

« C'est la suite du dialogue amorcé au Burundi par le président de la République », dit Anthony Nkurunziza, qui n'a aucun lien de parenté avec le président burundais.

Si la conférence n'oppose pas au porte-parole du président burundais des représentants des opposants à son gouvernement, c'est parce que les organisateurs n'en ont pas trouvé, explique M. Nkurunziza.

Les membres de la diaspora burundaise qui soutiennent le régime du président Pierre Nkurunziza, un Hutu, seraient principalement des réfugiés de longue date, qui ont fui les massacres des années 60 et 70 commis par le régime tutsi de l'époque envers les Hutus, a expliqué à La Presse un membre de la diaspora proche des opposants au régime, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer