Le Nigeria pourrait acheter des avions américains pour combattre Boko Haram

Un Super Tucano A-29.... (Photo Reuters)

Agrandir

Un Super Tucano A-29.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis envisagent de vendre au Nigeria des avions spécialement destinés à la lutte antiguérilla pour aider Abuja à combattre les islamistes de Boko Haram, ont confié vendredi des responsables américains, malgré les inquiétudes en matière de droits de l'homme.

Washington et d'autres pays occidentaux relancent leurs projets d'assistance militaire avec le géant d'Afrique de l'ouest et son nouveau président Muhammadu Buhari, après une période de gel et de tension en 2014. Certaines unités de l'armée nigériane avaient en effet été accusées de violations des droits de l'homme contre des populations civiles dans leur lutte contre Boko Haram.

Après une visite chaleureuse l'été dernier à Washington du président Buhari et la reprise d'une coopération militaire, l'administration américaine pourrait vendre une dizaine d'avions d'attaque légère servant à la lutte antiguérilla.

D'après un responsable américain, il s'agirait de Super Tucano A-29, des appareils du constructeur brésilien Embraer dont l'armée de l'air américaine avait déjà acquis des exemplaires qu'elle a vendus début 2016 à l'armée afghane en lutte contre les talibans.

Mais cette vente à Abuja est loin d'être bouclée et devra être validée par un processus administratif complexe entre le département d'État, le Pentagone, la Maison-Blanche et le Congrès.

Les inquiétudes de Washington en matière de droits de l'homme au Nigeria remontent à plusieurs décennies: l'administration n'a juridiquement pas le droit -- depuis un amendement du sénateur Patrick Leahy en 1997 -- de vendre des armes à des armées étrangères coupables de violations des droits de l'homme.

«Nous sommes engagés à appliquer à la lettre et dans l'esprit l'amendement Leahy et nous ne fournirons pas d'aide à une unité militaire sur laquelle nous disposons d'informations crédibles de violations des droits de l'homme», a confié à l'AFP un responsable américain.

Mais, a-t-il ajouté, «nous formons et aidons de nombreuses unités des forces de sécurité nigérianes qui n'ont pas violé les droits de l'homme et nous estimons qu'une assistance aura un effet important sur le combat du Nigeria contre Boko Haram».

David McKeeby, porte-parole du bureau des Affaires politiques et militaires au département d'État n'a pas commenté cette vente éventuelle d'avions avant qu'elle ne soit communiquée au Congrès, mais il a réaffirmé auprès de l'AFP que «le Nigeria était un partenaire stratégique des États-Unis» avec qui «nous continuons de collaborer sur des questions de sécurité».

Boko Haram sévit depuis 2009 dans le nord-est du Nigeria, a causé la mort d'au moins 20 000 personnes et empiète au Cameroun, au Tchad et au Niger. Ces pays ont mis en place une Force multinationale mixte (FMM - environ 8000 hommes) sous l'impulsion des États-Unis et de la France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer